Virginie Blanchette, une candidate au doctorat de 3e cycle et professeure en podiatrie à l'Université du Québec à Trois-Rivières a un projet qui pourrait grandement améliorer la vie des personnes diabétiques, particulièrement celles qui souffrent d'ulcères aux pieds. Des ulcères qui peuvent mener à l'amputation.

Jacques Verner est diabétique et il souffre de ce genre d'ulcères. « On pense que ça n'arrive qu'aux autres. Même si on fait attention ça peut nous arriver quand même », nous dit monsieur Verner.

Le projet de Virginie Blanchette pourrait lui permettre d'avoir l'esprit plus tranquille. Elle tente de mettre au point une semelle qui aiderait à éliminer les ulcères plantaires. Le secret de son projet : une préparation liquide qui s'attaque aux bactéries très tenaces qui causent le pied diabétique. « C'est de faire un cocktail de molécules qui va éviter l'adhérence de ces bactéries-là au niveau des plaies et favoriser la guérison », explique Virginie Blanchette.

Son projet, Virginie Blanchette le travaille en collaboration avec le Innofibre, spécialisé en recherche sur les pâtes et papiers. Pour l'instant, elle se sert de semelles de carton. « Le produit qu'on essaie de développer c'est un produit qui ne coûtera pas trop cher. Parce qu'en ce moment on utilise comme matière première du bois, la cellulose du bois. Donc ça, c'est très abondant et ça ne coûte pas cher », indique Virginie Blanchette.

En plus de contribuer au bien-être de diabétiques, le projet en développement à l'Université du Québec à Trois-Rivières pourrait également permettre de sauver des coûts importants au système de santé québécois. Selon Virginie Blanchette, chaque ulcère plantaire diabétique pourrait coûter jusqu'à 45 000$ en soins de toutes sortes.

Avec les informations de Marie-Claude Julien

Plus d'articles

Commentaires