Retour

Triple meurtre de la rue Sicard à Trois-Rivières : le deuxième accusé témoigne

Le plus vieux des deux accusés du triple meurtre survenu en février 2014 sur la rue Sicard à Trois-Rivières a témoigné jeudi dans le cadre des plaidoiries sur sa peine. « Je tiens à m'excuser, je regrette », a déclaré le jeune homme.

L'accusé a témoigné debout et les mains menottées devant le juge Raymond W. Pronovost au palais de justice de Trois-Rivières, jeudi. Il a affirmé vivre avec une grande tristesse et beaucoup de remords. Le jeune homme dont on ne peut dévoilé l'idendité, a aussi lu une lettre qu'il a écrite à l'intention des familles des victimes.

« Je ne pourrai jamais me pardonner [...], donc je ne m'attends pas à ce que (les familles des victimes) le fassent », a-t-il confié.

La vie d'avant

Dans son témoignage, l'accusé a parlé de sa vie avant les événements du 11 février 2014.

« Je ne dérangeais pas (à l'école), j'avais un bon comportement », se rappelle-t-il. Il note toutefois qu'il ne se souvient plus comment il se sentait pendant la période durant laquelle il a échangé de durs messages avec son complice Kaven Sirois sur Facebook.

La veille et le matin du meurtre, le jeune homme était sous l'emprise de la drogue. Il consommait du cannabis de façon quotidienne depuis septembre 2013, en plus de consommer à l'occasion du haschisch, de l'ecstasy, de la morphine, du LSD, des champignons magiques et de l'alcool.

« Je souhaite reprendre ma vie en main »

Il admet qu'il lui a fallu un mois avant de réaliser ce qui était arrivé sur la rue Sicard. Il dit avoir eu le temps de réfléchir la nuit en centre jeunesse, parce qu'il n'arrivait pas à dormir. 

Le jeune homme a expliqué qu'en centre jeunesse, il a poursuivi son parcours scolaire et qu'il a de très bons résultats. « Je souhaite reprendre ma vie en main », a-t-il annoncé devant la cour, expliquant qu'il souhaite entre autres suivre une cure de désintoxication.

L'accusé est aussi revenu sur son allure impassible en cour depuis le début des procédures lundi. Il se dit bouleversé, même s'il ne le laisse pas paraître. Le jeune homme a livré son témoignage de manière claire et calme, dans des mots très précis.

Le seul éclat d'émotion est survenu quand il a lu la lettre qu'il avait préparée pour les familles des victimes.

Avec les informations de Marilyn Marceau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine