Retour

Trois communautés religieuses relogées dans une résidence

Les Carmélites, les Ursulines et les Filles de Jésus de Trois-Rivières quitteront leurs installations. Les 190 soeurs déménageront dans une résidence d'habitation, de services et de soins de santé dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Elles garderont des locaux distincts pour chacune des communautés. Les Carmélites vont même demeurer cloîtrées. Les soeurs partageront toutes les installations communes avec les résidents laïcs, comme la cafétéria et la chapelle, ce qui représente un immense changement.

« Nous avons été invitées ou obligées à prendre une décision qui est à la fois douloureuse, parce que c’est un tout, un passé qui s’attache à cette maison-là et qu’on doit laisser, mais on comprend la réalité qui se produit », indique la porte-parole de la Communauté des Filles de Jésus, Gisèle Lacerte.

Les Carmélites, elles, ont bien l’intention de continuer leur mission, même dans ce nouveau contexte.

« Surtout nous voulons être un tout petit cloître, à l’intérieur de cette grande maison, pour continuer notre mission de prière pour les gens et pour toujours accueillir leurs intentions de prières », élabore la porte-parole des Carmélites, Huguette Boutin.

Les travaux de construction de la nouvelle résidence, à Cap-de-la-Madeleine, sont déjà commencés. Le déménagement devrait se faire d’ici la fin 2018.

Les Ursulines expliquent qu'une quarantaine d'employés sont touchés par ce changement. La communauté leur offrira du soutien.

L'école des Ursulines, le CMI, restera ouverte, de même que le musée de la congrégation religieuse.

Les soeurs n'ont pas décidé ce qu'il adviendra de leurs installations actuelles.

Avec des informations de Sarah Désilet-Rousseau

Plus d'articles

Commentaires