Retour

Trois conseillers municipaux votent contre le projet de jeux d'eau à l'Amphithéâtre Cogeco

Le projet de fontaine d'eau à l'Amphithéâtre Cogeco, transformé en jeux d'eau, a été adopté lundi soir avec une forte majorité lors de la séance du conseil municipal. Mais le maire de Trois-Rivières a eu beau faire des compromis pour réduire la facture, le conseiller Jean-François Aubin n'est toujours pas convaincu. François Belisle et Pierre-Luc Fortin non plus.

Le maire, Yves Lévesque, était confiant quand il a rencontré les journalistes avant la séance publique du conseil municipal.

« Vous allez voir, je pense que ça va être positif », a-t-il lancé en faisant référence au projet de jeux d'eau sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent qui était à l'ordre du jour. Un projet qui a suscité beaucoup de questions dans les dernières semaines.

Il a expliqué fièrement avoir fait des compromis à la suite de rencontres demandées par certains membres du conseil municipal.

Le projet initial était évalué à 1,8 million de dollars, mais il en coûtera finalement 1,5 million.

« On a coupé 300 000$. On va faire le jeu d’eau, le pavé uni autour du jeu d’eau, mais pour la promenade en pavé uni qui va longer le Saint-Laurent, cette partie-là va être retenue du projet pour l’instant », explique Yves Lévesque.

Avec une subvention de 1,3 million de dollars, la facture s’élèvera à 200 000$ pour la Ville.

Je suis un homme de compromis.

Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières

D’autre part, le maire Lévesque a réglé le souci d’accès à des toilettes. Il a passé un coup de fil au directeur général de la Corporation des événements de Trois-Rivières, Steve Dubé, qui assure que la toilette extérieure de l’Amphithéâtre Cogeco sera accessible tout au long de la période estivale.

Des arbres seront également plantés sur le site afin d’assurer des plans d’ombre pour les familles.

De l’opposition

Ce n’était toutefois pas suffisant pour convaincre les conseillers municipaux Jean-François Aubin, du district de Marie-de-l’Incarnation, François Belisle, du district de Pointe-du-Lac et Pierre-Luc Fortin, du district des Estacades.

Ce dernier avait d'ailleurs fait connaître son point de vue dans une lettre ouverte publiée récemment. Tous les trois se sont opposés au projet, et ce, malgré les changements apportés au règlement.

Jean-François Aubin a d’emblée salué l’effort du maire de réduire de 300 000$ la facture du projet avant de réclamer le vote. « 1, 5 millions c’est encore trop », lance-t-il.

« Ce compromis-là mis sur la table à la dernière minute ne me paraissait pas acceptable. Si on avait abaissé les coûts à 300, 400 500 000 maximum, je me serais probablement rallié », explique M. Aubin.

Est-ce qu’on est toujours obligés de toujours faire ce qu’il y a de plus gros, de plus grand et qui coûte le plus cher, moi je dis non.

Jean-François Aubin, conseiller municipal du district Marie-de-l'Incarnation

Jean-François Aubin a fait référence au projet de jeux d’eau voté le soir même pour le parc Sainte-Marguerite évalué à 280 000 $ incluant l’aménagement.

M. Aubin explique qu’il avait proposé de repousser le projet après les élections municipales, mais que sont idée n'a pas été retenue par le conseil.

« Moi j’avais dit, est-ce qu’il y a une urgence à faire cette fontaine-là? Non. Allons en élection et ça fera partie des projets que le maire va défendre. On aurait eu un réel son de cloche de la population », explique Jean-François Aubin.

Contexte électoral?

Le projet de terrasse suspendue à l’angle des Forges et Notre-Dame au centre-ville, la fluoration de l’eau potable et la réduction du nombre de conseillers sont parmi les quelques projets qui ont été soumis au vote depuis la réélection d’Yves Lévesque à la mairie de Trois-Rivières en 2013.

Jean-François Aubin admet ainsi qu’à moins d’un an des élections municipales, la frénésie commence à se faire sentir, mais il refuse d’associer cette opposition au contexte pré électoral, expliquant que même si le nombre de votes a été négligeable, plusieurs discussions ont eu lieu à l’interne.

« Je peux vous assurer qu’indépendamment du climat électoral, j’aurais tenu la même position. Le problème c’est qu’il est arrivé là ce dossier-là », mentionne-t-il.

Il réitère sa réflexion quant à la possibilité de se lancer dans la course à la mairie, mais il refuse de s’avancer. Jean-François Aubin se donne la période des Fêtes pour réfléchir et prendre une décision.

Départ précipité

Le maire, Yves Lévesque, a dû quitter abruptement la séance du conseil municipal en raison d’une toux tenace.

Le maire suppléant, René Goyette, a pris la relève au pied levé.

Plus d'articles

Commentaires