Retour

Trois-Rivières exclue de la rencontre sur l'accueil des réfugiés : c'est leur choix de ne plus être membre, dit l'UMQ

Des 13 villes du Québec ciblées pour l'accueil des réfugiés, seule la Ville de Trois-Rivières a été exclue de la rencontre organisée par l'Union des municipalités du Québec (UMQ) mardi, n'étant plus membre depuis 2015. « C'est la logique même, sinon il n'y aura plus de raisons d'être membre de l'Union des municipalités », a rétorqué la présidente de l'UMQ au maire Yves Lévesque, qui s'est dit déçu de ne pas avoir été invité à la table des discussions.

Un texte de Marie-Ève Trudel

« C'est Trois-Rivières qui a fait le choix de ne plus être membre de nos instances », a indiqué la présidente de l'UMQ, Suzanne Roy, qui a par ailleurs souligné que la ville était bienvenue si elle souhaitait se joindre à nouveau. 

Les municipalités se préparent

La présidente de l'UMQ ne s'est pas avancée sur le nombre de réfugiés que chacune des villes peut accueillir, se contentant de dire que les municipalités vérifient ces jours-ci leur capacité d'accueil respective.

« On a fait cette conférence téléphonique pour faire une mise au point et voir pour l'avenir comment on va procéder », dit Suzanne Roy.

La question des coûts liés à l'accueil des réfugiés n'est pas encore élucidée, reconnaît Suzanne Roy. « Ça fait partie des discussions », a dit la présidente. « On sait déjà qu'il y a des programmes dans le cas de l'accueil des réfugiés et il va falloir s'assurer là aussi que ce sera au rendez-vous ».

Plus d'articles

Commentaires