Retour

Trois-Rivières se prépare à la légalisation de la marijuana

Le conseil municipal de Trois-Rivières a adopté, mardi soir, deux projets de règlements afin d'être prêt à l'arrivée prochaine de commerces qui vendront du cannabis lors de sa légalisation.

Pour l’instant, trois routes ont été choisies pour y implanter de la vente de détails de cannabis, soient les Boulevard des Forges et Jean XXIII et la Rue Thibeau. C’est à ces endroits que pourraient s’installer les boutiques, à qui seront confié l’encadrement de la vente de marijuana, comme le fait déjà la Société des alcools du Québec (SAQ) pour le vin et les spiritueux.

« C’était pas évident, parce qu’il y a des écoles un peu partout sur notre territoire, explique le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque. C’est de prendre des axes routiers où il y a beaucoup de circulation d’automobiles, c’est pour ça qu’ils ont identifié le Boulevard des Forges. »

Pas encore prêts

Le maire ne sait pas encore comment sera contrôlée la possession de plants de cannabis. « On peut empêcher les gens de fumer la cigarette ou la marijuana, mais on ne pourra pas empêcher les gens de faire pousser du pot sur la galerie ». Le maire estime que cette réglementation amènera des coûts supplémentaires pour la Ville.

« Si on est prêts? Non. (...) Présentement, il n’y a absolument rien pour les policiers pour faire la détection de marijuana, au niveau que vous avez dans votre sang », s’inquiète Yves Lévesque. Ce dernier estime à au moins un an avant qu’un tel instrument soit offert aux policiers dans notre région.

Les usines de production de cannabis pourront s'installer à deux endroits sur le territoire , soit dans le parc industriel des Hautes-Forges et dans le parc industriel des Carrefours. La nouvelle réglementation est ajustée pour qu’elles puissent produire en plus de la marijuana dédiée aux fins médicales, celle prévue pour un usage récréatif. Trois-Rivières avait déjà modifié sa réglementation concernant les entreprises de cannabis à des fins médicales en 2016.

Rappelons que l’entreprise Déméter Organi-K s’est montrée intéressée à s’installer dans le parc industriel des Carrefours, mais rien n’a encore été confirmé.

Plus d'articles