Retour

Troubles du langage : la C.S. du Chemin-du-Roy prête à accueillir plus d'enfants

Devant l'augmentation du nombre d'enfants en bas âge qui sont traités pour des troubles du langage en Mauricie et au Centre-du-Québec, la Commission scolaire du Chemin-du-Roy estime avoir toutes les ressources nécessaires pour les accueillir.

Le nombre d'élèves en classe de langage « se maintient », selon la directrice adjointe aux services éducatifs de la commission scolaire du Chemin-du-Roy, Rosemarie Boucher. C'est peut-être parce qu'ils ne sont pas encore d'âge scolaire, mais s'il y avait une augmentation soudaine, « on serait prêt », ajoute-t-elle.

Près de 150 élèves du primaire et du secondaire fréquentent actuellement des classes de langage dans une des écoles de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy. Sept orthophonistes sont à l'emploi de la commission scolaire.

Dans ces classes de langage, comme celles de l'école primaire Cardinal-Roy, le ratio est d'environ huit élèves pour une enseignante en adaptation scolaire. Une éducatrice spécialisée et une orthophoniste les accompagnent aussi en classe.

Ces classes du langage sont de réelles bouées de sauvetage pour les famille éprouvées par les difficultés d'adaptation de leur enfant.

Elles permettent d'évacuer le stress de performance et laissent l'enfant évoluer à son propre rythme.

Une nette amélioration grâce aux diplômés de l'UQTR

La situation n'a pas toujours été aussi rose. « Pendant des années, recruter des orthophonistes, c'était mission impossible », se souvient Rosemarie Boucher.

Cette dernière estime que c'est entre autres grâce au programme de maîtrise en orthophonie de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) que le recrutement est aujourd'hui plus facile. Depuis cinq ans, l'établissement forme une vingtaine d'orthophonistes chaque année.

Plus d'articles

Commentaires