Retour

Un ancien draveur témoigne pour ne pas oublier

Le Musée Boréalis a accueilli la première conférence Récits de Draveurs, qui commémore ces travailleurs de l'industrie forestière. L'initiative est née de l'équipe du Projet Columbo 2017, qui souhaite éviter que ce pan de l'histoire du Québec ne tombe dans l'oubli.

Pendant plus de 150 ans, la drave a permis le transport de millions de billots de bois par flottaison.

Des hommes, comme Arnold Fay de Shawinigan, y ont pratiqué le dangereux métier de draveur dès l'âge de 17 ans. Il a passé 13 ans de sa vie sur les flots du Saint-Maurice.

« On est encore en vie. Je peux vous dire une chose : moi-même j'ai viré à l'envers avec une barge, passé par dessous et ainsi de suite, relate-t-il. C'était le printemps, à la débâcle des glaces, j'ai pas trouvé ça drôle du tout ».

Des conférences ailleurs au Québec

Si la drave est chose du passé depuis presque un quart de siècle, plusieurs souhaitent qu'elle ne soit pas oubliée, notamment auprès des jeunes générations.

« Nous on essaie d'émerger ce pan d'histoire qui était englouti parce que les gens ne sont pas vraiment au courant des draveurs, se désole Pampalon. Il avait partout au Québec, c'était la plus grosse industrie panquébécoise de l'époque ».

La rivière Saint-Maurice est la dernière rivière du Québec à avoir été utilisée pour le transport du bois. La drave a été utilisée jusque dans les années 1990.

La tournée Récits de Draveurs s'arrêtera dans six autres villes du Québec dans les prochaines semaines.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine