Retour

Un arc-en-ciel culturel à Manawan : l'histoire de Justin Tshamala Nsambay

« Un tronc d'arbre coupé et jeté dans l'eau peut rester là pendant 50 ans, jamais il ne se transformera en crocodile. » À coup de métaphores et de proverbes, Justin Tshamala Nsambay, originaire d'Afrique du Sud, raconte l'unité dans la diversité qu'il a constatée depuis qu'il a déménagé dans la communauté atikamekw de Manawan.

Ce dernier explique que malgré l’importance pour sa famille de s’intégrer de manière sensible au Québec, il restera toujours attaché à ses racines africaines. Des valeurs qu’il reconnait aussi dans sa communauté d’adoption. « Ils font tout pour que leurs traditions se transmettent de génération en génération », explique-t-il, avec un ton approbateur.

Passé colonialiste communL’enseignant de français raconte d’ailleurs que les Atikamekw et les Africains ont en commun un triste pan de leur histoire. « Quand on enlève votre enfant, qu’on lui donne une nouvelle âme et qu’on lui lave le cerveau, c’est sûr qu’il y a une fracture », dit-il en parlant des pensionnats qui ont sévi au Québec comme dans son pays natal.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine