Retour

Un cri du coeur aux déneigeurs pour éviter d'autres tragédies

Claude Dufour a toujours soupçonné un manque d'entretien de la route 122, dans la nuit du 18 mars 2016, pour expliquer l'accident qui lui a arraché sa plus jeune. Une chaussée glissante et une quantité insuffisante d'abrasifs. Le rapport du coroner publié jeudi confirme sa théorie. Il espère maintenant que ça ne se reproduira plus.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Océane a laissé un grand vide dans sa famille et la blessure est toujours vive.

Surtout que, selon le coroner, si le déneigeur qui était responsable de l'entretien hivernal de la route 122 avait fait son travail correctement, elle ne serait probablement pas morte ce jour-là.

Les parents de la petite, Claude Dufour et Nathalie Pagé, sont constamment déchirés et habités par des sentiments partagés.

Ils naviguent constamment entre la rage, la tristesse et ce désir de retrouver une certaine paix intérieure. Une montagne russe d'émotions.

Parfois en colère, ils se demandent comment ils pourraient se faire justice eux-mêmes.

Ils se ressaisissent rapidement et réalisent que de se mettre dans cet état ne leur ramènera pas leur fille.

Je veux sensibiliser les déneigeurs, je veux dire au gouvernement d'arrêter de couper et de faire en sorte que les travaux soient faits comme du monde.

Claude Dufour

Il n’en veut pas du tout à sa fille aînée qui conduisait ce matin-là.

« Ce n’est pas de sa faute. Elle ne savait pas qu’elle roulait sur la glace », mentionne-t-il.

Un message entendu au ministère des Transports

Au cabinet du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET), on assure que les conclusions du coroner Yvon Garneau ne seront pas prises à la légère.

Le Ministère assure que le processus d’évaluation des services rendus par le sous-traitant sera revu.

« Cette réévaluation sera faite sous peu avec l’information nouvelle que le rapport du coroner nous donne », mentionne-t-on au cabinet du ministre.

Apprendre à vivre sans elle

Océane est omniprésente quand on entre dans la maison familiale.

Une résidence chaleureuse et accueillante qui représente bien cette famille. Unie. Malgré la terrible épreuve.

Il y a des photos d'Océane, beaucoup de photos, mais aussi un piano sur lequel elle adorait composer de la musique, nous raconte son père.

Je vais vous faire écouter quelque chose. Elle avait un don. 

Claude Dufour

Il avait enregistré Océane jouer du piano.

« Là, elle va parler », nous lance M. Dufour, les yeux pleins de fierté.

Imaginez la valeur sentimentale de cet enregistrement qu’il écoute régulièrement. Pour ne rien oublier.

Revenir sur les lieux

Le père accepte de nous accompagner sur les lieux de la tragédie.

« Plus loin là-bas, elle a perdu le contrôle », se rappelle-t-il en nous racontant le fil des événements.

Claude Dufour nous fait remarquer les similitudes avec les conditions météorologiques de la journée du drame.

Le soleil brille, il y a une fine couche de neige au sol. Des précipitations de la nuit précédente.

« C’est sur l’asphalte. Il y a du sel sur la chaussée. C'est un exemple d'un travail bien fait », constate-t-il.

Dans des situations aussi ordinaires que ce matin-là, ça ne nécessitait pas une mesure extraordinaire. Ça ne prenait qu'un peu de sel comme on voit que ça a été fait ce matin.

Claude Dufour

Claude Dufour espère maintenant que le gouvernement agira, et rapidement, concernant la recommandation du coroner.

Il propose d’installer, dans tous les camions de déneigement, un appareil de type GPS permettant la transmission de différentes données pour assurer une surveillance en temps réel des opérations.

Loin de la route 122

N’empêche que malgré tous les efforts pour vivre positivement, « comme l'aurait souhaité Océane », nous confie Claude Dufour, sa mort a laissé des traces.

La maison des Pagé-Dufour à Saint-Guillaume est désormais à vendre.

Ils veulent déménager à Drummondville.

« Soleil va avoir son permis bientôt. Je n'aurai pas la tête tranquille », dit Claude Dufour.

De toute façon, la route 122, le moins possible pour eux.

Elle leur rappelle le pire jour de leur vie.

À lire aussi : Une ado meurt dans un accident à Saint-Edmond-de-Grantham

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine