Retour

Un été difficile pour les agriculteurs du Québec

Beaucoup de pluie, peu de chaleur : la combinaison offerte par la météo cet été affecte grandement le travail des agriculteurs de plusieurs régions de la province, dont ceux de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Pour les producteurs laitiers, un des principaux problèmes réside dans le séchage du foin qui sert à nourrir leurs vaches. En raison de la pluie et de l'humidité, les balles de foin ont tendance à rester humides.

Cela a pour conséquence que certains producteurs laitiers vont devoir se procurer du foin auprès d'autres producteurs. Non seulement devront-ils encaisser des pertes, mais ils devront également délier les cordons de leur bourse pour pallier leur manque de foin.

« C'est très médiocre au point de vue température [cet été], dit Claude Chartier, un producteur laitier et céréalier. On n'a quasiment jamais vu ça. Espérons que l'automne va nous donner un sursis ».

Le blé d'automne déclassé

En ce qui concerne la production de céréales, elle est aussi affectée par la météo. Le blé d'automne, entre autres, a dû être déclassé à certains endroits, c'est-à-dire qu'il n'a pas été jugé assez bon pour la consommation humaine en raison de sa teneur en toxines et en humidité.

Il pourra être utilisé pour la consommation animale, mais cela ne sera pas sans conséquence pour les producteurs. Le blé pour la consommation humaine se détaille à 275 $ la tonne, comparativement à seulement 200 $ la tonne pour le blé destiné aux animaux.

Les producteurs de légumes vivent, eux aussi, des moments difficiles. Les récoltes et le désherbage sont compliqués en raison des sols mous sur lesquels la machinerie se déplace moins facilement.

Le travail manuel plus fréquent

« Il y a un petit peu plus d'opérations qui vont être à faire, exemple, si on parle de désherbage mécanique, dit Florence Lefebvre Saint-Arnaud, une productrice de légumes biologiques. À ce moment-là, c'est un petit peu plus difficile quand les conditions sont humides comme actuellement, on est obligés d'y aller un peu plus manuellement. »

Pour le moment, les montants réclamés à la Financière agricole sont les mêmes que l'année dernière. Il est encore trop tôt pour dire si ce sera une bonne ou une mauvaise saison.

Plus d'articles

Commentaires