Retour

Un Lab-École à l'école Saint-Joseph de Maskinongé

L'école Saint-Joseph de Maskinongé deviendra un Lab-École, une initiative du chef cuisinier Ricardo Larrivée, de l'architecte Pierre Thibault et de l'athlète Pierre Lavoie. Ce projet vise à penser l'école de demain. Pour y arriver, 6,4 millions de dollars sont injectés par Québec pour l'agrandissement et la rénovation de l'école.

Un texte de Catherine Bouchard

Des classes pleines, un petit gymnase, un laboratoire informatique qui sert de cafétéria : le personnel et les élèves de l'école Saint-Joseph sont confrontés quotidiennement à un manque d'espace et d'ergonomie.

En plus d'être désuète, dès la prochaine rentrée, l'école sera pleine à craquer.

Avec la subvention de Québec, l'établissement scolaire pourra ajouter quatre classes. Sur le montant alloué, 2 millions de dollars supplémentaires ont été ajoutés pour faire un Lab-École, soit une école moderne faisant partie d'un projet pilote.

« Les aires communes vont être retravaillées. Au niveau de la pédagogie, dans les classes, ça peut être fait différemment. On en entend souvent parler ces temps-ci des classes flexibles, pas nécessairement des bureaux en rangs d'oignons, mais différents endroits d'apprentissage dans la classe », explique le directeur des écoles du secteur Belle-Vallée, Martin Fréchette.

Ce dernier indique que les aires communes auront plus de fenêtres, de luminosité, de couleurs. Les espaces seront aussi multifonctionnels. Par exemple, une classe aura différentes aires d'apprentissage.

« On a eu une belle ouverture de pouvoir garder les enfants ici. Les parents sont très très contents et, de pouvoir regrouper tous les enfants de Maskinongé ici, sous le même toît, et de regrouper les services, c'est vraiment l'idéal », poursuit Martin Fréchette.

Les principaux intéressés, eux, veulent d'abord et avant tout une école fonctionnelle.

« Le gymnase, j'aimerais ça qu'il soit plus grand un peu et la cour d'école aussi plus grande, avec plus de jeux », indique Magalie Reinfret, une élève de sixième année.

Plusieurs enfants rencontrés par Radio-Canada soulignent vouloir avoir des classes plus spacieuses et au moins une cafétéria en bonne et due forme.

Pour Alexis Brodeur, en cinquième année à l'école Saint-Joseph, l'école du future, c'est une école où les jeunes sont plus libres et où les professeurs donnent graduellement de l'autonomie dans leurs apprentissages aux élèves.

Les appels d'offres pour le projet seront lancés cet été et les travaux débuteront au printemps 2019. Les enfants devraient pouvoir entrer dans leur nouvelle l'école lors de la rentrée scolaire de 2019.

Plus d'articles