L'appareil roule sans conducteur sur la pelouse du parc Salette, à Saint-Jérôme. Équipé des dernières trouvailles technologiques, l'Elmec 1 est un tracteur robotisé capable de parcourir un terrain en toute sécurité et de manière complètement autonome. Il pourrait même tondre la pelouse.

Le prototype a été imaginé à Shawinigan par l'entreprise Elmec et a été développé à l'Institut du véhicule innovant du Cégep de Saint-Jérôme. L'objectif est de fabriquer un tracteur pour les fermes qui fonctionne sans intervention humaine.

Depuis un an, l'équipe de Marc-Antoine Legault de l'Institut du véhicule innovant travaille sur l'automatisation de ce véhicule. « On a ajouté des capteurs, on a ajouté des ordinateurs et des actionneurs sur le véhicule pour le rendre autonome. »

GPS ultra performant, une centrale inertielle, une boussole, des lasers et tout le matériel pour assurer la conduite du véhicule, l'Elmec 1 ressemble plus à un véhicule lunaire qu'à un tracteur à pelouse.

Des fermes robotisées

Les connaissances acquises avec ce prototype permettront par la suite la mise au point d'équipement spécialisé pour combattre les mauvaises herbes. L'objectif, remplacer les travailleurs agricoles qui le font manuellement et peut-être aussi remplacer les produits chimiques de style Roundup.

Les recherches de l'Institut serviront à Elmec, mais aussi à d'autres industriels qui suivent de près les travaux. Les applications sont nombreuses.

Par exemple pour le transport de personnes des navettes autonomes pourraient circuler sur des campus ou dans des zoos. « Un peu comme un ascenseur horizontal plutôt qu'un ascenseur vertical », nous explique Marc-Antoine Legault, de l'Institut du véhicule innovant,

Mais avant d'en arriver là, il faudra relever plusieurs défis, entre autres la sécurité.

Le futur

Ces recherches ont coûté jusqu'à présent 3,5 millions de dollars. Et il faudra ajouter un autre million et demi pour la construction d'un prototype.

Selon Jean-Marc Pitet, le président d'Elmec, la commercialisation va coûter 10 fois plus. « C'est 50 millions minimum. Donc Elmec devra lever des capitaux et a des possibilités d'aller possiblement public. »

En attendant, l'équipe de chercheurs nous donne rendez-vous l'an prochain alors qu'un prototype plus avancé sera testé.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque