Retour

Un temps des sucres décevant pour des acériculteurs

Les producteurs acéricoles du Centre-du-Québec voient poindre la fin de la saison de l'érable en raison des douces températures nocturnes. La saison a été courte et la récolte plutôt maigre pour certains.

L'érablière familiale Bruno Champagne à Saint-Célestin, qui compte 1000 entailles, estime avoir récolté la moitié moins d'eau d'érable que l'an dernier, qui était une saison exceptionnelle.

« On n'est pas à la goutte près, mais on essaie de ramasser tout ce qu'on peut », dit le propriétaire, René Champagne.

Il faut dire que l'an dernier avait été une saison record. Le temps des sucres en cours suscite beaucoup moins d'enthousiasme.

« Avec la pluie qu'on a eue, ça a fait baisser beaucoup la neige. Et avec la chaleur, les bourgeons sortent et quand les bourgeons sortent, la sève monte dans les arbres, le sirop est de moins bonne qualité donc souvent quand on est rendu là, on arrête la production », explique l'acériculteur.

Une dizaine de kilomètres plus loin, l'érablière Prince compte 6700 entailles qui produisent au-delà des attentes.

« On n'ose pas toujours faire des prédictions, mais aujourd'hui, on devrait se rendre à 45 barils alors que nous ici l'an passé, on a fait 50 barils, explique la propriétaire, Fanny Prince. Si on fait encore un autre bon 10 jours, on devrait dépasser ce qu'on a fait l'an dernier », ajoute-t-elle.

Les érables coulent lors des jours de dégel suivant des nuits de gel. Les producteurs estiment qu'il reste entre une et deux semaines à la saison.

Avec les informations de Marie-Ève Trudel

Plus d'articles

Commentaires