Retour

Un touriste français blessé par un arbre poursuit Parcs Canada

Un touriste français, Alain Jason, affirme avoir été blessé par un tronçon d'arbre qui lui serait tombé dessus, alors qu'il marchait dans un sentier du parc national de la Mauricie en 2013.  Sa famille et lui réclament 781 016,27 $ à Parcs Canada.

Un texte de Claudie Simard

Le 24 novembre 2013, le plaignant, sa femme Mireille Pitalier et leur fille Anais P. Jason marchaient sur le sentier Mékinac du parc national de la Mauricie. Une branche d'arbre se serait alors détachée subitement, tombant vers le sol. Alain Jason affirme avoir été projeté par terre.La branche mesurait environ 30 cm de diamètre et deux à trois mètres de long, selon l’avocat qui représente Alain Jason et sa famille, maitre Serge Dubeau.

« Ça a été un choc assez difficile à encaisser. Il a eu plusieurs fractures au niveau des côtes et il a eu des problèmes également au niveau thoracique », affirme l'avocat.Maitre Dubeau ajoute qu’aller chercher des secours aurait été une expérience ardue pour la femme et la fille de M. Jason. Ce dernier serait resté coincé environ une heure au sol en plein hiver.Près de trois ans après les événements, les trois membres de la famille poursuivent Parcs Canada pour 781 000 $.La plus grande partie des réclamations concernent des pertes de revenus, puisque le demandeur estime ne plus être en mesure de travailler à temps plein. Cependant, Alain Jason et sa famille réclament aussi des frais pour différents traitements médicaux. Sa fille et sa femme réclament chacune 25 000 $ à titre de dommages non pécuniaires liés aux souffrances psychologiques, au stress et aux inconvénients.Entretien du parc en causeLa famille estime que « la défenderesse a failli à son obligation de sécurité à l'endroit des utilisateurs du sentier », peut-on lire dans la demande introductive d’instance.

Il affirme qu'un expert a conclu que l'arbre était mort depuis plusieurs années et qu'il aurait dû être considéré comme un arbre à risques.

Me Dubeau ajoute que l’arbre était situé en bordure d'un sentier fréquenté. Parcs Canada ne souhaite pas commenter l’affaire puisque le cas est actuellement devant les tribunaux.

Le procès opposant les deux parties a eu lieu en avril. Le juge devrait rendre sa décision au cours des quatre prochains mois.

Plus d'articles