Retour

Une 5e marche contre l'homophobie à Trois-Rivières pour combattre les préjugés

Plus de 200 personnes se sont réunies dimanche à Trois-Rivières malgré la grisaille pour une cause qui leur tient à coeur. La 5e marche contre l'homophobie a eu lieu dans les rues du centre-ville.

Cette année, le thème de la transphobie a pris une place prépondérante. Les organisateurs de la marche souhaitent qu'il y ait une meilleure compréhension du phénomène transgenre.

Plusieurs participants, qui ont marché 3,7 kilomètres, ont dit souhaiter s'élever haut et fort de façon colorée et pacifique contre l'homophobie.

Des préjugés qui persistent

Philippe Landry, qui a pris part à la marche, affirme avoir quitté La Tuque il y a 4 ans parce qu'il ne s'y sentait pas accepté. « J'ai fait mon coming out quand même assez jeune, je l'ai fait à 13 ans », dit-il.

« J'ai vécu beaucoup, beaucoup d'intimidation, de problèmes, surtout quand on fait son coming out dans un petit village comme La Tuque ce n'est vraiment pas évident », se souvient Philippe Landry, qui dit avoir trouvé une terre d'accueil à Trois-Rivières.

Les organisateurs de la marche affirment que même si des progrès ont été faits ces dernières années, il reste encore beaucoup à faire pour changer les mentalités.

En septembre dernier, un conseiller scolaire catholique d'Edmonton a essuyé les critiques après avoir comparé les personnes transgenres à celles ayant une maladie mentale.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine