Retour

Une cinquantaine de chiens saisis chez une femme du Centre-du-Québec

Une femme âgée de Lemieux, au Centre-du-Québec, devra payer plus de 91 000 $ après la saisie d'une cinquantaine de ses chiens par le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ).

« Le bien-être et la sécurité des animaux étaient compromis chez la dame, indique la procureure à la direction des poursuites criminelles et pénales, Me Stéphanie Saulnier Bridges. La loi prévoit que quand on saisit des animaux chez quelqu'un, c'est le propriétaire qui doit débourser les frais de garde pendant que la saisie dure. »

Les chiens sont maintenant en sécurité dans un pavillon de la Faculté de médecine vétérinaire à Saint-Hyacinthe.

Les 54 chiens saisis sur la propriété de Marguerite Lacharité, le 23 mars dernier, se trouvaient pour la plupart à l'extérieur de sa résidence. Celle-ci ne s'est pas présentée au palais de justice de Trois-Rivières, mardi, pour l'audience pendant laquelle le juge devait décider du sort des animaux.

Un environnement insalubre

L’inspectrice au dossier, Myriam Jacques, a témoigné de l’état dans lequel étaient les chiens quand elle est arrivée chez la dame. Lors de trois visites plus tôt cette année, des inspecteurs du MAPAQ ont constaté que leurs abris n'étaient pas chauffés, qu'ils étaient souillés par les excréments et qu'ils n'avaient pas d'eau à leur disposition.

Dans leur témoignage à la cour, l'enquêteuse au dossier et la vétérinaire qui les a soignés ont indiqué que les chiens étaient nourris par des carcasses d'animaux disposées sur le sol, dans leurs excréments. Elles ont également allégué qu'il a fallu cinq heures pour les capturer tant ils étaient craintifs, et six heures pour les sortir du camion et les mettre dans un refuge de la Faculté de médecine vétérinaire à Saint-Hyacinthe.

La juge a ordonné au MAPAQ de disposer des animaux, soit de les vendre, de les donner, ou de les euthanasier, selon leur l’état, puisque certains restent agressifs.

La dame a reçu un constat d'infraction de 2500 $ pour ne pas s'être « assurée que leur bien-être et leur sécurité ne soient pas compromis ». Elle a plaidé non coupable à cette infraction.

Il pourrait donc y avoir une audience pénale sur la question. Les chiens, eux, ne retourneront pas chez la femme.

D'après les informations de Sarah Désilets-Rousseau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine