Retour

Une femme masquée vote par anticipation à Shawinigan

Depuis le début du vote par anticipation, les électeurs qui dénoncent la disposition de la loi électorale qui permet de voter à visage couvert se multiplient. Certains d'entre eux se sont présentés aux urnes le visage voilé d'un sac ou d'un masque. C'est le cas d'une femme de Shawinigan qui a exercé son droit de vote dimanche midi avec un masque de personne âgée.

« Je regrette au Canada, on n'a pas de niqab et on a tous des interactions à visage dévoilé, a-t-elle lancé, avant d'entrer pour voter à l'aréna de Shawinigan-Sud. Nous autres le peuple, on a jamais la chance de pouvoir donner notre opinion. Le gouvernement décide toute en haut. »

La femme qui a pu voter en présentant deux cartes d'identité a ajouté: « Ceux qui viennent de d'autres pays, j'ai absolument rien contre. La seule affaire, c'est que qu'ils essayent un peu de vivre comme nous ».

Réactions politiques partagées

Les politiciens sont partagés face au mouvement. Le chef libéral, Justin Trudeau, a affirmé une fois de plus que le gouvernement n'a pas à indiquer aux gens comment s'habiller pour aller voter.« On voit que M. Harper continue se soulever les politiques de division et de peur et d'attaques, dit-il. Mais moi que les personnes votent ça m'encourage et qu'ils votent comme ils veulent. »

Chez les conservateurs, le ministre sortant des Finances, Joe Oliver, qui tenait un point de presse à Toronto samedi, a affirmé ne pas être au courant du mouvement, il a toutefois jugé que, de toute façon, le niqab n'est « pas important pour la plupart des Canadiens ».

Appelé à se prononcer sur le phénomène, le chef bloquiste, Gilles Duceppe, a affirmé qu'il s'agissait d'un geste incohérent. « Je ne suis pas d'accord avec ça et nous sommes contre le vote à visage voilé, comme l'est unanimement l'Assemblée nationale, a répondu M. Duceppe. Or quand on est contre quelque chose, on ne fait pas exactement la même chose que l'on dénonce. »

Présente à un rassemblement à Montréal, la chef du Parti vert, Élisabeth May, s'en est prise au chef conservateur pour son instrumentalisation du voile. « C'est vraiment affreux que M. Harper ait divisé la population du Canada avec un enjeu inutile, une question marginale. »

Le chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, a esquivé la question affirmant: « ce qui m'interpelle avec le vote par anticipation, c'est le nombre de Canadiens qui veulent du changement ».

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine