Retour

Une garderie qui devait accueillir 52 enfants ne peut ouvrir ses portes

Les parents d'une cinquantaine d'enfants comptaient envoyer leurs tout-petits à la garderie privée La chenille ludique dans le secteur Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières. Or, le ministère de la Famille refuse de donner un permis à sa propriétaire sous prétexte qu'il y aura trop de places en garderie dans son secteur d'ici 2021.

La propriétaire, Priscilla Vézina, souhaite ouvrir une garderie en fonction sept jours par semaine dès 6 h. Elle veut offrir un horaire flexible aux parents et un programme éducatif basé sur le modèle scandinave.

« À Trois-Rivières, il y a plusieurs entreprises : des travailleurs de jour, des travailleurs de nuit, ceux qui font des 12 heures. On vient combler un besoin. »

Elle juge que son projet est complémentaire à l’offre actuelle en garderie.

Malgré tout, le comité responsable d’étudier sa demande a recommandé à Québec de ne pas lui accorder de permis.

Priscilla Vézina dit être victime de la loi 143 adoptée en décembre. Depuis, des comités consultatifs régionaux se réunissent deux fois par année et analysent toutes les demandes de permis qui sont évaluées sous trois critères : la pertinence, la qualité et la faisabilité.

Dans le cas de Priscilla Vézina, l'attaché de presse du ministre de la Famille, Luc Fortin, confirme que c'est le surplus de places anticipé dans le secteur Cap-de-la-Madeleine qui a pesé dans la balance.

Des parents déçus

Priscilla Vézina indique que les 52 places étaient déjà réservées et qu'elle avait une longue liste d'attente.

Pour les parents du petit James, le refus de Québec représente tout un casse-tête. La chenille ludique est la seule garderie qui acceptait de le prendre, malgré ses nombreuses allergies.

Sa mère, Caroline Aubry, espère que le ministère reverra sa décision.

Deuxième essai

Après une première demande refusée et une demande de révision qui n'a rien donné, Priscilla Vézina s'apprête à présenter une deuxième demande au ministère de la Famille qui ne sera évaluée qu'en novembre prochain.

En attendant, elle accueille seulement six enfants dans des locaux qui étaient prévus pour 52. Elle n’a pas besoin de permis du ministère de la Famille pour six enfants ou moins.

Ayant investi plusieurs dizaines de milliers de dollars, Priscilla Vézina dit faire face à un manque à gagner important chaque semaine.

D'après les informations de Marie-Pier Bouchard

Plus d'articles