Le maire de La Tuque a-t-il réellement soupé avec le maire de Saint-Félicien en novembre 2016 comme il l'a inscrit dans son rapport de dépense? La réponse n'a aucune importance, selon l'avocat de M. Beaudoin. Pour lui, les démarches en cours sont démesurées pour la somme de 89 $ qui est au cœur de la plainte déposée à la Commission municipale du Québec (CMQ) pour « conduite dérogatoire ».

Un texte de Marie-Pier Bouchard

L’avocat de Normand Beaudoin, Me François Daigle, a demandé le retrait de la plainte en question lors d’une audience de la Commission municipale du Québec qui a eu lieu mercredi matin.Alors que Me Daigle parle d’une plainte frivole, l’avocat de la CMQ, Me Nicolas Dallaire, a donné certaines précisions au sujet de la plainte déposée par le conseiller municipal du district Jacques-Buteux/Terrasse Saint-Maurice/Domaine Morency à La Tuque, Luc Martel.Selon M. Martel, le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, n'a jamais partagé de repas avec le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, le 17 novembre 2016 lors de son passage dans la région de Montréal à l'occasion du événement tel qu'indiqué dans son rapport de dépense.Après avoir vérifié auprès du principal intéressé, M. Potvin lui-même, Luc Martel affirme que Normand Beaudoin a plutôt soupé avec quelqu'un d'autre pour des intérêts personnels.

Joint au téléphone, Me Dallaire mentionne entre autres que malgré un montant qui peut paraître dérisoire, « cette plainte mérite un examen plus approfondi ».

Selon Me Dallaire, trois principaux éléments permettent de justifier le tout.

  • Informations suffisantes pour appuyer la plainte;
  • L'élu a apposé sa signature sur des documents contenant des informations erronées;
  • Argent des contribuables en jeu.

Après avoir entendu les arguments des deux parties, la juge a pris le tout en délibéré et devrait rendre sa décision au cours des prochaines semaines.Est-ce que la plainte est frivole? Est-il pertinent de continuer le processus? Ce sont les question qui sont au cœur de cette histoire.

La suite des chosesCette décision sera déterminante pour la suite du processus puisque le retrait de la plainte marquerait la fin de ce dossier.Cependant, si la juge n’accède pas à la demande de Normand Beaudoin, les audiences sur le fond de l’affaire devraient avoir lieu en octobre.Le plaignant, Luc Martel, se dit heureux que les vraies questions soient posées publiquement.Il a toutefois été impossible de joindre Normand Beaudoin ou son avocat et, en fin de journée, le maire de Saint-Félicien n'avait pas rendu notre appel.

Plus d'articles

Commentaires