Retour

Une première femme à la tête du Séminaire Sainte-Marie de Shawinigan

Pour la première fois de son histoire, le Séminaire Sainte-Marie (SSM) de Shawinigan sera dirigé par une femme. Stéphanie Plante succède ainsi à Luc Trudel qui a quitté ses fonctions le mois dernier.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Stéphanie Plante est une ancienne étudiante du Séminaire Sainte-Marie, elle faisait partie de la cohorte de 1992. Quelques années plus tard, elle y a enseigné les sciences et les mathématiques pendant 15 ans.

Les changements apportés à l'organigramme font en sorte qu'elle devient la seule cadre du Séminaire Sainte-Marie maintenant que la direction générale et les services pédagogiques sont fusionnés.

En février dernier, toujours devant un sérieux problème de recrutement, la direction du Séminaire Sainte-Marie se fixait un objectif de 300 élèves d'ici 5 ans. Le directeur de l'époque, Luc Trudel, affirmait qu'il fallait atteindre un nombre total de 260 élèves pour que l'école soit rentable.

Une tendance difficile à renverser

La nouvelle directrice n'est toutefois pas en mesure pour l'instant de présenter les nouveaux objectifs de l'établissement relativement au recrutement.

« Je suis en poste à peine une semaine. Je n'ai pas les nouveaux chiffres, mais avec la réorganisation, ce chiffre-là va changer »,assure Stéphanie Plante.

Elle assure avoir des idées qui permettront d'attirer davantage d'élèves à l'école, mais elle précise que « l'objectif ce n'est pas de réinventer le Séminaire, mais de le faire rayonner ».

En attendant, quelque 200 élèves inscrits se préparent à leur rentrée scolaire.

Depuis quelques années, le Séminaire Sainte-Marie de Shawinigan fait face à un sérieux problème de recrutement. En 2013, le directeur Marc St-Onge avait quitté son poste précipitamment après plusieurs mois de difficultés. On parlait alors d'une chute des inscriptions de 56 % en 6 ans.

Plus d'articles

Commentaires