Retour

Vague de mises à pied au Mondial des cultures de Drummondville

Le Mondial des cultures procède à une vague de licenciements. Trois employés ont été congédiés temporairement et le contrat d'un quatrième n'a pas été renouvelé.

Ces congédiements s'ajoutent au départ à la retraite d'un autre employé. Seules la directrice générale par intérim, la comptable et l'adjointe administrative restent en poste.

Ce n'est pas la première fois que le Mondial prend une telle décision. Des mises à pied similaires ont déjà été faites dans le passé.

Selon la vice-présidente aux finances, Josée Vendette, cette décision est le résultat d'une « saine gestion ». 

« On est dans une période latente au niveau du Mondial des cultures. On comprend que septembre, octobre, novembre sont des périodes plus mortes au niveau de l'organisation [...]. On a décidé de consacrer les sommes à autres choses qu'à de la rémunération, tout simplement. »

Le bilan de la dernière édition n'est toujours pas connu, et le déficit de plus de 150 000 dollars pourrait s'alourdir, admet la vice-présidente, en raison notamment du mauvais temps qui a sévi pendant deux fins de semaine et qui aurait nui à l'événement.

Un événement qui n'est pas en péril

Josée Vendette assure que ces mises à pied ne sont pas un signe de mauvais augure, que l'événement est loin d'être agonisant et qu'il y aura bel et bien une édition 2017.

« Le Mondial des cultures sera là, on a plein de beaux projets. Une formule améliorée, une formule bonifiée. On a entrepris un grand virage il y a deux ans et on poursuit ce virage-là », soutient-elle.

De son côté, la Ville de Drummondville rappelle qu'il s'agit d'un événement indépendant de la municipalité, mais qu'il conserve tout son appui.

Plus d'articles

Commentaires