Retour

Vaincre ses démons, puis se battre pour un titre canadien

Keamy Savoie s'apprête à vivre un moment déterminant dans sa jeune carrière de boxeur. À partir de mercredi, il tentera de devenir champion canadien de sa catégorie à Edmonton. La route pour s'y rendre n'a pas été de tout repos.

Un texte de Jérôme Roy

Le jeune homme de 22 ans n’a pas toujours été sage. Décrocheur et aux prises avec des problèmes de consommation, il a dû entreprendre une difficile thérapie au Centre le grand chemin alors qu’il n’avait que 13 ans.

Il a ensuite découvert la boxe et rencontré Denis Hince, l’homme qui est toujours, neuf ans plus tard, bien plus qu’un entraîneur pour le jeune homme.

Parcours sinueux

Au fil des années, Keamy Savoie reconnaît avoir fait quelques rechutes et avoue avoir eu besoin d’apprendre « à la dure » avec son mentor.

Keamy Savoie peut aussi compter sur sa mère, son grand-père et son meilleur ami, Mario Grenier, pour éviter les pièges de la vie. Aujourd’hui, le boxeur trifluvien dit avoir fait le ménage dans sa vie et affirme n’avoir jamais été aussi heureux.

Viser les plus hauts sommets

Se disant bien entraîné et bien entouré, Keamy Savoie assure être prêt pour les Championnats Super Channel 2018, qui se dérouleront du 28 mars au 1er avril, à Edmonton. Le boxeur est déterminé à vaincre les meilleurs boxeurs amateurs du Canada dans la catégorie élite chez les 60 kg.

Ensuite, il prévoit un séjour à Cuba pour s’y entraîner et peut-être une compétition en Europe. Keamy Savoie a aussi dans sa mire les Jeux olympiques de Tokyo, en 2020.

À plus long terme, le boxeur souhaite un jour rejoindre les professionnels, mais juge qu’il doit « faire ses preuves » avant d’y parvenir.

Keamy Savoie serait aussi très fier d’obtenir, éventuellement, son diplôme d’études secondaires.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité