Valérie Poulin-Collins, qui a enlevé la petite Victoria en mai 2014 au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières, a été expulsée de la Maison Carignan et retourne en prison.

Selon le directeur général de l'établissement, Alain Poitras, elle n'a pas respecté certains règlements de la maison de thérapie. Il n'a toutefois pas précisé lesquels. « C'est une multitude de situations qui ont fait en sorte que j'ai pris la décision de retourner cette jeune fille-là en détention. Je me dis qu'une période de réflexion lui serait bénéfique. Nous on n'est pas totalement fermés à la reprendre, mais pour l'instant ce ne sera pas demain. Je veux qu'elle prenne le temps, un mois, deux mois peut-être trois, le temps de réfléchir », explique Alain Poitras.

Valérie Poulin-Collins est de retour derrière les barreaux depuis quelques jours.

« Comme on l'a mentionné à plusieurs reprises, madame a un trouble de la personnalité limite, ce qui fait en sorte qu'il peut y avoir des comportements imprévisibles. C'est sûr que je vais continuer à la supporter et à essayer de travailler à sa réhabilitation », affirme Me Karine Bussière, l'avocate de la détenue.

Valérie Poulin-Collins avait obtenu sa libération conditionnelle en septembre, avant d'être transférée à la Maison Carignan. Elle y recevait des traitements liés à la consommation de médicaments.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine