Valérie Poulin-Collins, qui a enlevé la petite Victoria au centre hospitalier de Trois-Rivières en mai 2014, a obtenu sa libération conditionnelle mardi matin. Elle est arrivée à la Maison Carignan, un centre de thérapie de Trois-Rivières, en fin d'avant-midi.

Selon son avocate, la Commission des libérations conditionnelles est arrivée à la conclusion qu'elle représentait un « risque assumable pour la société ».

Valérie Poulin-Collins aura passé 15 mois derrière les barreaux, y compris les 7 mois de détention provisoire.

Elle avait écopé, en octobre 2014, d'une peine de prison de deux ans moins un jour ainsi que d'une probation maximale de trois ans pour avoir enlevé le bébé. Elle avait plaidé coupable de tous les chefs d'accusation qui pesaient contre elle. 

Une thérapie intensive

À sa sortie de la prison Tanguay, elle a été transférée à la prison de Trois-Rivières avant d'être transportée à la Maison Carignan. Elle y sera traitée pour ses problèmes de consommation de médicaments. Une neuropsychologue et un psychiatre feront aussi partie de son équipe traitante.

L'avocate de Valérie Poulin-Collins a spécifié que la thérapie de six mois sera intensive.

« Madame n'aura pas le droit de sortie. Seulement après trois mois, elle pourra avoir des sorties, mais avec l'autorisation du centre de thérapie, mais également avec l'autorisation de la Commission », a dit Me Karine Bussière.

Il a par ailleurs été difficile de trouver un centre de thérapie qui accepte d'accueillir Valérie Poulin-Collins, en raison de la forte médiatisation de son dossier.

Selon son avocate, elle est contente que sa libération conditionnelle ait été accordée et se dit prête à recevoir de l'aide.

Une histoire qui a marqué les esprits

L'enlèvement du nouveau-né dans la chambre de sa mère au centre hospitalier par une femme déguisée en infirmière avait suscité l'émoi et la stupéfaction au Québec.

Bébé Victoria avait été retrouvée trois heures après son enlèvement par un groupe de jeunes qui s'étaient lancés à sa recherche à la suite de la diffusion d'une alerte Amber dans les médias et les réseaux sociaux.

Plus d'articles

Commentaires