Retour

Vers une course à la direction du Bloc québécois en 2017

Tout indique que le Bloc québecois n'aura pas de nouveau chef avant 2017. La question de la succession du chef démissionnaire, Gilles Duceppe, a fait l'objet de discussions au Conseil national du parti qui avait lieu à Trois-Rivières samedi.

Bien que les instances soient unanimes pour que la course à la direction du parti ait lieu en 2017, aucune date n'a encore été confirmée.

« Partout dans les couloirs, tout le monde discute de ça, explique le député de Pierre-Boucher-Verchères, Xavier Barsalou-Duval. C'est évident que les gens, quand il n'y a pas de chef dans un parti politique, ils en parlent. »

Le député de 27 ans est d'ailleurs l'un des trois candidats en réflexion au sujet de leur candidature.Catherine Fournier, 23 ans, candidate défaite aux dernières élections et Denis Trudel, défait dans Longueuil-Saint-Hubert songent aussi à tenter leur chance.

M. Trudel aurait toutefois préféré une course plus hâtive. « C'est sûr que tout le monde est intéressé de savoir quand est-ce que ça va se passer et qui va être le prochain chef du Bloc », lance-t-il.

« Moi mon point de vue ce serait un peu plus tard que tôt », affirme quant à lui le doyen de la Chambre des communes, Louis Plamondon. Le parti aurait ainsi eu, selon le député de Bécancour-Nicolet-Saurel, davantage de temps pour solliciter les candidatures.

La députée de Repentigny, Monique Pauzé, a, pour sa part, simplement hâte d'être fixée: « ça préoccupe les gens de savoir peut-être une date ou une idée de ce vers quoi on s'en va ».

D'ici 2017, le parti cherchera aussi à intéresser des candidats d'expérience qui pourraient faire contrepoids à la jeune base militante à se lancer dans la course.

La candidature du président et ancien chef du parti, Mario Beaulieu, est écartée pour de bon. Il avait envisagé de briguer à nouveau la direction avant de se désister vendredi.

Plus d'articles