Retour

Victime de deux incendies, une résidente de Drummondville raconte

La malchance a suivi Isabelle Sawyer. Par deux fois, à deux adresses différentes, en juillet 2015 et en février 2016, un incendie s'est déclaré dans son immeuble.

La première fois, c'est en pleine nuit, dans la cuisine d'un voisin à l'étage, qu'un incendie se déclare. L'alerte est donnée rapidement et les occupants de l'immeuble de 36 logements évacuent l'édifice.

« Quand les pompiers sont arrivés, ils n'étaient pas en mode on éteint le feu. C'était plus on sauve les gens. Ça a brûlé tellement vite, cinq minutes, il n'y avait plus rien à faire » se souvient Isabelle Sawyer.

Une tragédie gravée à jamais dans sa mémoire. « Le feu était rendu jusqu'au bout du bloc et là j'ai vu une personne sortir sur le balcon qui était en feu » se rappelle-t-elle douloureusement. Trois personnes sont mortes dans l'incendie.

Mais elle n'est pas au bout de ses peines. En février dernier, un autre incendie se déclare au rez-de-chaussée de l'immeuble de son nouvel appartement. Une fois de plus, Isabelle Sawyer doit être évacuée.

« Là, quand je suis sortie dans le corridor, il y avait beaucoup de fumée. » Une fois dehors, le souvenir du premier incendie refait surface. « J'étais dehors dans le stationnement, je me disais non, non, non, je vais pas encore tout perdre! » raconte la Drummondvilloise.

Cette fois-ci, le feu a été maîtrisé rapidement et les dommages sont limités, mais le traumatisme s'installe. Heureuse d'être en vie, Isabelle Sawyer dort avec le chapelet de son grand-père pendant quelques nuits pour se rassurer.

« J'étais rendue à deux là. Tout le monde me disait, jamais deux sans trois. »

Prévention et sensibilisation

Depuis, Isabelle Sawyer a vérifié le dispositif de sécurité de son immeuble, que ce soit dans son logement ou bien dans son immeuble. Elle a aussi prévu un plan d'évacuation par la fenêtre si besoin. 

Elle continue aussi de faire de la sensibilisation autour d'elle et conseille à tout le monde de se prémunir d'une assurance habitation.

Avec les informations d'Anne-Andrée Daneau

Plus d'articles