Retour

Vivre quelques instants dans la peau d'une personne handicapée

L'organisme Handicaps soleil a proposé aux citoyens de Shawinigan, jeudi, de faire l'expérience de différents types de limitations physiques. C'est une manière de combattre les préjugés dont sont souvent victimes les personnes handicapées.

Un texte de Camille Carpentier

Des bénévoles de Handicaps soleil ont mis plusieurs accessoires à la disposition des passants au marché public de Shawinigan.

Les curieux étaient invités à marcher les yeux bandés à l'aide d'une canne ou encore de se déplacer avec une marchette, tout en ayant des poids attachés aux jambes.

Il était également possible de se déplacer en fauteuil roulant et de tenter de ramasser des objets au sol à l'aide d'une pince de préhension. Le réel défi consistait toutefois à réussir à entrer dans une toilette pour personne handicapée.

« Manipuler le fauteuil, ça va quand même assez bien. Utiliser le bras pour aller chercher les choses, c'est quand même pas si pire. Mais c'est de rentrer dans la toilette! », s'exclame Hélène Langevin qui s'est prêtée à l'exercice.

En proposant cette série de défis, Handicaps soleil souhaite faciliter l'inclusion sociale des personnes vivant avec un handicap.

« Souvent, quand quelqu'un l'essaie, il ne peut même pas s'imaginer c'est quoi, explique la directrice générale de l'organisme, Josée Houle. Aussitôt qu'il a terminé, il dit : '' Ah, mon doux, ça pas de bon sens, c'est incroyable ''. »

Cette réalité, Dany Martel la connaît depuis plusieurs années. Il est devenu tétraplégique à 15 ans, à la suite d'un accident de voiture, et se déplace aujourd'hui en fauteuil roulant.

Pour lui, cette activité est essentielle pour « sensibiliser les gens à ce qu'on vit à tous les jours et leur montrer c'est quoi être assis dans un fauteuil ».

Cette activité souligne le début de la Semaine québécoise des personnes handicapées.

« On invite les gens, quel que soit leur rôle dans la société, à poser des gestes simples pour contribuer à la réduction des obstacles », indique la directrice générale de l'Office des personnes handicapées du Québec, Anne Hébert, en entrevue à l'émission Facteur matinal.

Selon elle, s'assurer de respecter la signalisation de stationnements réservés et dénoncer les cas d'intimidation peut faire une réelle différence.

La Semaine québécoise des personnes handicapées se termine le 7 juin.

Avec les informations de Sarah Désilets-Rousseau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine