Retour

Voies de fait sur des bébés dans un CPE : une femme arrêtée

Chantale Lavoie, 53 ans, est accusée de voies de fait sur 2 bébés âgés de 7 mois et de 20 mois. Les faits reprochés se seraient produits dans le cadre de ses fonctions d'éducatrice au CPE La clé des champs, à La Tuque.

Un texte de Marilyn Marceau

L'un d'eux a dû être transporté à l'hôpital pour enfants Sainte-Justine, à Montréal. On ne connaît pas l'état exact de cet enfant ni du deuxième.

Les événements seraient survenus « vers ou le 25 avril », selon les actes d'accusation déposés en cour cet après-midi au palais de justice de La Tuque.

Selon nos informations, un témoin aurait rapporté avoir vu la dame secouer le plus jeune des bébés au bout de ses bras durant 2 secondes, alors qu'il pleurait. Le même témoin l'aurait ensuite vu traîner un enfant par le bras, sans qu'il touche à terre, sur une distance d'environ 1 mètre, parce qu'il réveillait les autres enfants. Aucun de ces faits allégués n'a été prouvé en cour.

Chantale Lavoie, originaire de La Tuque, a été remise en liberté sous conditions jusqu'à sa prochaine comparution. Elle sera de retour en cour le 21 juin pour son enquête pro format.

Selon la Sûreté du Québec, Chantale Lavoie n'aurait pas d'antécédents judiciaires.

La SQ précise avoir reçu une plainte pour voies de fait jeudi passé.

Le CPE La clé des champs accueille près de 80 enfants, dont une quinzaine de poupons (0 à 18 mois) et 65 enfants de 18 mois à 5 ans.

Le Centre de la petite enfance compte une vingtaine d'employés, dont plusieurs qui cumulent une trentaine d'années d'expérience, selon la direction.

« Un seul cas sera toujours un cas de trop », dit le CPE

« Bien qu'il s'agisse de gestes isolés, ils sont néanmoins incompatibles avec nos pratiques, nos valeurs et nos plus hauts standards », peut-on lire dans un communiqué que le CPE a fait parvenir aux médias en fin de journée mardi.

La directrice générale de l'établissement, Marie-Claude Goulet, indique avoir suspendu l'éducatrice et avisé les parents sans délai.

La clé des champs affirme qu'elle continuera d'appliquer la politique de tolérance zéro. « Si nous avons le moindre doute pour la sécurité des enfants, nous continuerons de poser les gestes qui s'imposent pour que les parents se sentent en confiance et aient l'esprit tranquille », dit Marie-Claude Goulet.

Avec des informations de Maude Montembeault

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine