Retour

Voitures à l’hydrogène sur nos routes : des impacts positifs en Mauricie

L'Institut de recherche sur l'hydrogène (IRH) de l'Université du Québec à Trois-Rivières se réjouit des intentions de Québec d'ouvrir l'accès à la voiture à l'hydrogène sur les routes de la province. La direction estime être en bonne position pour se démarquer.

Un texte de Claudie Simard

Québec compte tester 50 véhicules à l'hydrogène et devient donc le troisième banc d'essai des voitures à l'hydrogène du constructeur Toyota, après le Japon et la Californie.

Pour faire le plein d’hydrogène, il n’existe que deux endroits pour le moment : les installations de Toyota à Brossard et la borne de l’IRH de Trois-Rivières.

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, a aussi annoncé à cette occasion la construction de deux nouvelles stations d'approvisionnement.

Ces investissements démontrent une volonté politique significative, selon la direction de l’IRH. Elle espère que les entreprises seront encouragées à investir dans cette technologie qui tente de se tailler une place sur le marché des véhicules verts alors que la voiture électrique gagne du terrain.

Loïc Boulon dirige aussi la Chaire de recherche du Canada sur les sources d'énergie pour les véhicules du futur. Il estime que la voiture à l’hydrogène offre bien des avantages.

« Aujourd'hui, on a à peu près 100 à 150 km d'autonomie sur les voitures électriques, ce qui est suffisant pour bien des usages. Par contre, quand on a besoin de plus d’autonomie pour effectuer plus de distance, ou d'avoir quelque chose de plus puissant, là, l'hydrogène va revenir en ligne de compte. »

La voiture Mirai de Toyota à une autonomie annoncée d'environ 500 kilomètres et il ne faut que 5 minutes pour faire le plein.

Une mauvaise décision, selon l’AVEQ

L'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ) croit cependant que le gouvernement fait fausse route en investissant dans cette technologie.

Le porte-parole Martin Archambault aurait préféré que le gouvernement ajoute des bornes de recharges rapides pour les voitures électriques. Il doute de l’efficacité des voitures à l’hydrogène.

Les chercheurs de l'IRH pensent plutôt que les deux véhicules ont leur place sur le marché et qu'ils répondent à des besoins différents.

Plus d'articles