Retour

Vol de drone au-dessus de la prison de Trois-Rivières

Un drone a survolé le centre de détention de Trois-Rivières le 12 décembre dernier, a appris ICI Mauricie-Centre-du-Québec. 

Un texte de Sarah Désilets-Rousseau

Il n'aurait toutefois déposé aucun colis, nous a indiqué le ministère de la Sécurité publique en réponse à une demande d'accès à l'information.

D'autres centres de détention au Québec ont aussi reçu la visite de drones sur leurs terrains. C'est à Bordeaux où ce genre de vols survient le plus souvent.

Certains ont même largué des colis contenant des drogues, des cigarettes et des cellulaires, notamment.

Préoccupant, selon le syndicat

Le syndicat des agents des services correctionnels juge la situation préoccupante, voire critique.

« C'est une problématique qui prend de l'ampleur avec l'avancée de la technologie. Les chiffres que vous avez obtenus, ce n'est que la pointe de l'iceberg », avance le président du syndicat, Mathieu Lavoie.

« Ça, ce sont les drones qu'on a repérés. On croit qu'il y en a beaucoup plus qu'on n'a pas vus, et qui ont pu permettre d'entrer des substances à l'intérieur des prisons », explique Mathieu Lavoie, le président syndicat.

D'autres moyens que les drones

Par ailleurs, les données fournies par le ministère de la Sécurité publique permettent de conclure que ce ne sont pas que les drones qui sont utilisés pour tenter de faire entrer des colis au centre de détention de Trois-Rivières.

Depuis le 1er janvier 2014, les agents correctionnels ont saisi des substances illicites ou illégales à trois visiteurs qui tentaient d'entrer dans la prison. Également, 19 colis interceptés au centre de détention de Trois-Rivières contenaient de la drogue ou des substances illicites, tels que des médicaments, a-t-on pu apprendre.

Plus d'articles