Retour

Yvon Boivin envoie une mise en demeure au directeur de campagne du NPD dans Trois-Rivières

Le candidat libéral dans la circonscription de Trois-Rivières, Yvon Boivin a envoyé une mise en demeure jeudi matin à Pierre Bernard, le directeur de campagne du candidat néodémocrate, Robert Aubin pour « avoir tenu des propos diffamatoires » à son endroit, dit-il.

Un texte de Marie-Ève Trudel

Lors des journées de vote par anticipation, le candidat libéral Yvon Boivin s'est rendu devant les bureaux de scrutin de la circonscription pour se présenter aux électeurs, demeurant « à l'extérieur » des bureaux, insiste-t-il.

La situation a dérangé ses rivaux. Pierre Bernard, qui dirige la campagne du candidat du NPD, a publié un message public sur Facebook dans lequel il écrit « [qu']il semble bien que la loi ne soit pas faite pour le candidat libéral ». Le candidat libéral lui demande de se rétracter.

« Vous avez tenu des propos inexacts, mensongers et médisants », écrit Yvon Boivin dans la mise en demeure qu'il a acheminée au directeur de campagne de Robert Aubin et dont le candidat néodémocrate a obtenu copie.

Le NPD sur la défensive

« J'ai instruction pour l'instant de ne rien dire et de ne pas mettre d'huile sur le feu en attendant que les deux avocats des deux candidats se parlent », dit Pierre Bernard, soulignant que son avocat tente de joindre celui d'Yvon Boivin. 

Pour l'heure, Pierre Bernard ne planifie pas retirer sa publication sur Facebook. « Pour l'instant, je ne fais rien du tout », dit-il. 

Le directeur du scrutin, André Levasseur, dont il est question dans la publication, n'est pas autorisé à parler avec les médias. Yvon Boivin soutient pour sa part que Monsieur Levasseur lui a donné l'autorisation de rester à l'extérieur et que les propos de Pierre Bernard nuisent à sa réputation. « S'il ne se rétracte pas, c'est sûr que ça peut avoir des impacts sur le vote », dit Yvon Boivin. « On verra les suites à donner », conclut-il. 

La loi électorale

La loi électorale stipule qu'un candidat ne peut pas faire la promotion de sa candidature ou contrecarrer un autre candidat ou un parti à l'intérieur d'un bureau de scrutin. « Vous ne pouvez pas par exemple vous promener dans un bureau de vote et inciter les gens à voter pour vous ou à ne pas voter pour quelqu'un d'autre, ça c'est interdit à l'intérieur », affirme Francine Bastien d'Élections Canada, qui dit toutefois ne pas pouvoir se prononcer sur cette situation précise.

Quant au bureau du commissaire aux élections, il ne confirme pas s'il y a eu le dépôt d'une plainte.

Plus d'articles

Commentaires