Retour

Zones inondables : des municipalités demandent un assouplissement des règles

Les municipalités de Saint-Barthélemy, de Maskinongé et de Louiseville forment une nouvelle coalition. Elles demandent la modification des règles qui encadrent les zones inondables aux abords du lac Saint-Pierre, qu'elles jugent discriminatoires.

Les réglements actuels empêchent tout résident de construire une nouvelle maison ou de reconstruire un chalet.

Selon le maire de Maskinongé, Roger Michaud, les cotes qui déterminent le risque d'inondation au printemps sont inadéquates, puisque la montée des eaux est de moins en moins importante.

Le tiers de sa municipalité est situé dans une zone où la cote de récurrence d'inondation est de 0 à 20 ans, alors que, selon le maire Michaud, la cote réelle devrait davantage s'approcher des 100 ans.

Tu [ne peux plus] rien faire dans une zone inondable. À un moment donné, les fonctionnaires qui travaillent à Québec, qu'ils lâchent leur vingtième étage et qu'ils descendent sur la terre.

Roger Michaud, maire de Maskinongé

Les trois municipalités invitent les autres villes du secteur à se joindre à leur coalition.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine