Le propriétaire du zoo de St-Édouard-de-Maskinongé, en Mauricie, souhaite prendre sa retraite et vendre ses installations. Son prix ? Normand Trahan affirme qu'aucune offre de moins de 2 millions de dollars ne sera acceptée.

Un texte de Claudie Simard

Le Zoo de St-Édouard compte plus de 400 animaux, dont 7 lions, 6 tigres et 2 léopards.

L’attrait touristique est bien connu en Mauricie et ailleurs au Québec depuis sa création il y a 28 ans.

Depuis 1989, Normand Trahan s'occupe de tous les animaux qu'il possède, aidé par une dizaine d’employés saisonniers.

Il estime qu’il est temps pour lui de prendre sa retraite.

La propriété de plus de 50 acres est située entre Montréal et Québec, sur le rang des Chûtes à Saint-Édouard-de-Maskinongé.

Le zoo a défrayé la manchette à plusieurs reprises depuis 2015, année où il est passé d’un centre d’observation de la faune du Québec à un jardin zoologique accueillant des animaux exotiques.

Une décision difficile

L’homme de 67 ans a senti que sa santé devenait fragile au printemps.

Puisqu'il est le seul à nourrir et à soigner les animaux plus dangereux, comme les lions, il a craint que la sécurité de ses bêtes ne soit menacée en son absence.

Il a alors choisi de passer le flambeau à quelqu’un d’autre, question de prendre congé pour « voyager un petit peu » et « prendre du bon temps ».

La relève devra être prête à se retrousser les manches, parce que c’est un emploi « 7 jours par semaine, du matin au soir » selon l’actuel propriétaire.

Normand Trahan affirme qu’il a déjà eu des discussions avec des gens de la région intéressés à acquérir son zoo.

L'idéal pour lui serait de ne plus en être responsable, mais d’y venir, comme invité, afin de passer du bon temps avec ceux qui lui tiennent compagnie depuis près de trois décennies.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine