Retour

18 CPE de Montréal en situation précaire reçoivent des appuis politiques

Dix-huit centres de la petite enfance (CPE) installés dans des bâtiments excédentaires de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) se heurtent à d'importantes hausses de loyer et craignent pour leur avenir.

L’entretien des bâtiments excédentaires, souvent vétustes, où sont logés ces 18 CPE, ainsi que des organismes communautaires, coûte 9,6 millions de dollars par année. La CSDM, qui touche 6,4 millions en loyers, affirme qu’elle n’a d'autre choix que de combler une partie du manque à gagner de plus de trois millions en augmentant la facture des locataires.

Certains de ces 18 CPE verront leur loyer tripler, soit une hausse atteignant des milliers de dollars. Dans certains cas, la hausse du bail atteindra 566 %.

Guy Arseneault, directeur du CPE Alexis Le Trotteur, à Montréal, a discuté de cette situation en entretien à ICI Radio-Canada. « Notre bail [au CPE Alexis Le Trotteur] va augmenter de 45 % en juillet 2018, passant de 85 000 $ à 122 000 $ par année. »

Il déplore que cette hausse des dépenses ne soit pas accompagnée d’une hausse de l’enveloppe budgétaire par Québec. Pour l’heure, le CPE Alexis Le Trotteur compte sur une subvention de 87 000 $ de la part du ministère de la Famille, juste assez pour couvrir les frais d’occupation annuels qu’il en coûte actuellement.

Appel au ministre

Les 18 CPE installés dans des bâtiments de la CSDM accueillent plus de 1500 enfants. Leur fermeture éventuelle toucherait des centaines de familles dans les quartiers centraux de Montréal, comme celle de Véronique Lafleur, vice-présidente du CPE Soleil du quartier, dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

« Si les CPE ferment, je ne sais pas ce qu'on va faire, où est-ce qu'on va aller? Les familles de Montréal ont besoin de services à Montréal, pour rester sur l'île. […] Les CPE, c’est un milieu éducatif rassurant pour les enfants et leurs parents », dit-elle.

Le député de Mercier, Amir Khadir, de Québec solidaire, et la députée d’Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, du Parti québécois, ont offert leur appui aux 18 CPE logés dans des bâtiments de la CSDM, lundi, en interpellant le ministre de l’Éducation et de la Famille, Sébastien Proulx, pour qu’il s’implique dans ce dossier.

Amir Khadir souligne que ces fermetures ne répondraient à aucune logique comptable, puisqu’elles occasionneraient de coûteux déménagements.

Même son de cloche du côté de Guy Arseneault, qui réclame lui aussi une attention particulière de la part du gouvernement.

« On demande au ministre de la Famille, qui est aussi celui de l’Éducation, de s’impliquer. Il faut qu’on s’assoie tous ensemble - les CPE, la CSDM, le ministère de la Famille et celui de l’Éducation - et qu’on trouve une solution à long terme. C’est un film dans lequel on ne veut pas jouer tous les deux ans » illustre-t-il, rappelant que la CSDM ne propose que des baux de 24 mois.

Avec des informations de Marc Verreault et Olivier Bachand

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine