Retour

4000 filles actives prennent le parc Maisonneuve d'assaut

La pluie et la grisaille n'ont en rien altéré l'énergie de milliers d'élèves du secondaire réunies pour la célébration Fillactive à Montréal. Elles étaient 4000 à prendre le départ des courses de 10 et 5 km.

Un texte d’Antoine Deshaies

Les arches marquant les lignes de départ et d’arrivée détonnaient des courses habituelles par l’absence de chronomètre géant. La performance et le classement importaient peu. Chaque coureuse avait toutefois droit à sa médaille à l’arrivée.

« Ça me touche beaucoup de voir ça, a dit l’ancienne patineuse Isabelle Charest, marraine de l’événement. J’ai eu la chance de voir bien des grands rendez-vous sportifs internationaux, mais à la base le sport c’est ça. C’est de bouger en ayant du plaisir à le faire. »

Faire bouger les filles, c’est la mission que s’est donnée Claudine Labelle en fondant l’organisme Fillactive il y a 10 ans. Elle compte aujourd’hui 24 employés et plus de 1200 bénévoles. Lors de la toute première célébration, l’organisme se félicitait d’avoir réuni 90 jeunes.

Cette année, les célébrations dans 7 villes du Québec et de l’Ontario réuniront 13 000 jeunes filles venant de 165 écoles secondaires.

« On est vraiment rendu à organiser des manifestations d’envergure où la communauté se mobilise et c’est vraiment extraordinaire, confie Claudine Labelle. Au départ, les filles ne savaient pas trop ce qu’on attendait d’elles quand on les rassemblait dans Fillactive. Aujourd’hui, elles comprennent leur rôle et deviennent rapidement des ambassadrices. »

« De voir des filles ensemble bouger, je trouve ça réconfortant, ajoute Isabelle Charest. Les jeunes doivent comprendre qu’il y a des activités pour tout le monde. Il faut simplement trouver ce qui nous plait et nous allume. »

Une sédentarité préoccupante

Les statistiques d’activité physique des filles sont alarmantes. Neuf filles sur 10, entre 12 et 17 ans, n’atteignent pas le niveau d’activité physique recommandé pour être en santé. Plusieurs délaissent le sport et l’activité physique à la puberté.

Le manque de modèle dans l’entourage immédiat des jeunes n’est pas étranger à l’abandon. La porte-parole officielle de Fillactive, Sophie Grégoire Trudeau, insiste sur l’importance de bouger.

« L’activité physique, ce n’est pas seulement un sport, c’est surtout un cadeau pour la vie, explique Sophie Grégoire Trudeau. C’est en bougeant que l’on connaît mieux nos limites physiques et psychologiques et qu’on est mieux outillée pour affronter les défis de la vie. C’est tellement important de bouger pour notre santé mentale. »

Les coureuses du jour ont suivi un programme d’entraînement de huit semaines. Chaque école inscrite a reçu la visite d’ambassadrices et des responsables scolaires ont été formés.

« Notre approche est vraiment inclusive et peu importe le niveau des filles, elles y trouvent leur compte, explique Claudine Labelle. Notre but c’est que toutes les filles au Canada bougent. On doit continuer à mobiliser nos écoles et nos communautés. »

La tournée fillactive se poursuivra au coeur des prochaines semaines. Prochain arrêt : Québec, jeudi.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un homme danse sur le toit de sa voiture





Rabais de la semaine