Retour

9 familles jetées à la rue après un affaissement de terrain à Montréal

Dix-huit personnes ont été évacuées en raison de travaux d'excavation d'un terrain qui a endommagé leur coopérative d'habitation dans le quartier Griffintown. Les pompiers ont ensuite demandé à ce que l'un des deux bâtiments de la coopérative Ste-Anne soit détruit, une décision que dénonce l'organisme Héritage Montréal.

Un texte de René Saint-Louis

Les immeubles situés aux adresses 181 à 191 rue de la Montagne ont tous été évacués entre le 1er et le 9 avril à la suite d'un affaissement de terrain qui n'a fait que s'aggraver avec la pluie des derniers jours. Le terrain adjacent, qui faisait l'objet de travaux, doit accueillir la tour à condos Brickfields. 

La première section de la rangée d'immeubles du 19e siècle est tombée sous le pic des démolisseurs.

La décision de détruire l'immeuble, même si aucune fissure n'était visible sur la façade et que seul un mur situé au-dessus d'une porte-cochère s'était effondré, a été prise par le Service de sécurité incendie de la Ville de Montréal.

Jocelyne et Nicole habitaient la coopérative depuis 38 ans. « On a juste eu le temps de prendre quelques vêtements et on est sorti comme ça, racontent-elles. C'est toute une vie, c'est toute une vie... Nos enfants sont nés là. »

Nicole n'a pu récupérer l'urne funéraire de son mari qu'après la démolition, dans les débris.

Certains évacués ont été logés chez des proches, mais dix ont été pris en charge par la Croix-Rouge. Ils seront nourris et logés pendant trois jours.

L'organisme Héritage Montréal dénonce la décision du Service de sécurité incendie. Son porte-parole, Dinu Bumbaru, trouve invraisemblable la version des pompiers, qui ont récemment démoli un autre immeuble du quartier à la suite d'un incendie.

« Il faut trouver une façon pour que les accidents ne se traduisent pas automatiquement en perte pour le patrimoine. Et ça, ça veut dire que le service incendie doit être reconnu comme un partenaire avec des devoirs, pas juste des pouvoirs. »

Selon M. Bumbaru, la technologie pour stabiliser un immeuble est pourtant facilement disponible.

Par ailleurs, le promoteur immobilier, qui construit la tour Brickfields, doit intégrer à son projet la maison Keegan, la plus ancienne de Griffintown.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine