Retour

Abanda s’attaque aux Internationaux des États-Unis toute en confiance

La joueuse de tennis québécoise Françoise Abanda dispute un premier match de qualification mercredi aux Internationaux des États-Unis, présentés à Flushing Meadows. Elle affronte pour la première fois la Russe Alexandra Panova.

Un texte de Marie Malchelosse

À première vue, Abanda qui occupe le 118e rang mondial devrait se tirer d’affaire sans trop de mal contre Panova qui, elle, est loin derrière au classement avec une 324e position. Mais la Canadienne n’est pas dupe.

« Elle faisait partie du top 100 en 2012. Elle a beaucoup d’expérience. Elle est plus vieille que moi et elle est Russe. Les Russes performent très bien. Elle n’est pas une adversaire à prendre à la légère. »

De son propre aveu, Abanda est une habituée des qualifications. Mais, forte d’une saison jalonnée de bons résultats, la joueuse de 20 ans entrevoit la fin de ce passage obligé.

« Je crois que ça pourrait être mes dernières qualifications en grand chelem. Mon objectif est de percer le top 100 le plus rapidement possible pour atteindre directement le tableau principal dès la saison prochaine. Ce serait vraiment une grosse étape pour moi dans ma carrière. »

Mais il ne faut pas lui demander combien de points elle doit soutirer de son troisième passage aux Internationaux des États-Unis. Elle ne veut pas le savoir. La seule donnée qui compte pour le moment, c’est de gagner ses deux premiers matchs de qualification pour égaler sa performance de l’an dernier.

« C’est intéressant, mais en tant que joueuse, j’essaie de ne pas trop calculer tout ça parce qu’après, tu y penses pendant les matchs et ça peut changer l’atmosphère. »

Sans faire de bruit, Abanda pourrait bien se glisser au tableau principal d’un tournoi de grand chelem pour une troisième fois cette saison.

« Ce serait une belle saison! Mais je ne veux pas non plus mélanger tout ça. Pour ces Internationaux des États-Unis, oui j’arrive en confiance, mais mon optique est d’y aller un match à la fois et juste penser à demain. »

Prendre sa place

Françoise Abanda ne gagne pas seulement des matchs, elle gagne aussi en maturité. Elle sent de plus en plus son statut de joueuse professionnelle s’ancrer, non seulement à ses propres yeux, mais aussi dans le regard des autres.

« À mes débuts dans la WTA, je ne connaissais pas trop les joueuses et comment ça se passait. Au fur et à mesure que tu t’établis, tu te sens un peu plus confortable et tu as plus de repères. Dans mon cas, je suis sur une très bonne lancée. Je commence à m’établir. »

L’incident qu’elle a choisi de soulever récemment par le biais de Twitter est révélateur. Tennis Canada avait omis de l’inclure dans une vidéo où apparaissaient les autres têtes d’affiche du tennis canadien.

« J’estime que je joue la Fed Cup pour le Canada et on n’est pas nombreuses comme joueuses. Il y a Eugenie Bouchard, Wozniak et il y a moi, donc de m’oublier dans cette vidéo, j’ai trouvé ça un peu malheureux. Le Canada est un pays de diversité. Je suis une Canadienne d’origine camerounaise. J’ai réagi et les gens aussi. Mais, on a passé à autre chose. La vie continue. »

Si la vie continue comme elle s’est dessinée au cours de la dernière saison pour Françoise Abanda, les malencontreux oublis ne seront que lointains souvenirs.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine