Retour

Affaire Bertrand Charest : quatre autres femmes sortent de l'ombre

Quatre autres femmes ont demandé à la cour mardi de lever l'ordonnance de non-publication les concernant dans le dossier de l'ancien instructeur de ski Bertrand Charest, reconnu coupable d'inconduite et d'agression sexuelle.

Trois d'entre elles, Allison Forsyth, Katie Bertram et Gillian McFetridge, n'avaient pas été reconnues comme victimes par la cour lors du procès de Bertrand Charest, puisqu’il avait été acquitté des chefs d’accusation se rapportant à elles.

La plus connue de ses skieuses, Allison Forsyth, a décroché cinq podiums en Coupe du monde pour sa performance en slalom géant pendant sa carrière, ainsi qu’une médaille de bronze aux Championnats du monde en 2003.

Dans sa déclaration déposée en cour, Mme Forsyth indique avoir été agressée par Bertrand Charest en 1997 et 1998. Affirmant ressentir toujours des sentiments de honte et de culpabilité, elle dit qu’elle a depuis vécu de multiples épisodes d’anxiété et de dépression.

Par ailleurs, Katie Bertram et Gillian McFetridge notent elles aussi dans l'affidavit que les gestes de Bertrand Charest ont eu un effet destructeur sur leur santé.

Émilie Cousineau, de son côté, fait partie des neuf victimes de l’ancien instructeur de ski. Dans son affidavit, elle rappelle à la cour qu'elle avait 16 ans au début des abus, qu'elle a subis en 1996 et 1998.

Les quatre femmes affirment vouloir continuer leur guérison en s’assurant que le milieu du sport sera désormais sécuritaire pour les athlètes.

Elles joignent donc leurs voix à Geneviève Simard, Gail Kelly, Amélie-Frédérique Gagnon et Anna Prchal, qui ont levé le voile sur leur identité la semaine dernière, afin de faire connaître leur histoire. Lundi, elles ont demandé aux gouvernements d'adopter des mesures pour s'assurer que les jeunes athlètes du pays ne seront plus soumis à du harcèlement psychologique ou physique, ou à des agressions sexuelles.

Bertrand Charest, qui n'a pas témoigné à son procès, avait été reconnu coupable en juin 2017 de 37 des 57 chefs d'accusation qui avaient été déposés contre lui concernant des gestes d'inconduite et d'agression sexuelle commis entre 1991 et 1998 sur neuf jeunes skieuses âgées de 12 à 18 ans.

Condamné à 12 ans de prison, il a porté sa peine en appel.

Plus d'articles