Retour

Alex Galchenyuk évasif sur son avenir avec le Canadien

Le dossier d'Alex Galchenyuk ne doit pas être loin du sommet de la pile de Marc Bergevin. L'attaquant du Canadien deviendra joueur autonome avec compensation cet été. Il est resté évasif sur son avenir à Montréal, lundi, à la journée du bilan de saison de l'équipe.

La dernière saison a été difficile sur plusieurs plans pour l’Américain de 23 ans, auteur de 44 points en 61 matchs. Il a raté 18 matchs en raison d’une blessure au genou, blessure qui a marqué une nette division entre son très bon début de saison et sa fin beaucoup plus difficile.

Aimerait-il signer un contrat à long terme avec le CH? La réponse offerte aux journalistes n’était pas des plus catégoriques.

« C’est un peu tôt pour le dire, la saison vient à peine de se terminer. J’aime la ville, j’aime l’équipe et j’aime nos partisans », a dit Galchenyuk, sans jamais prononcer le mot « oui ».

Celui qui a été utilisé comme centre et comme ailier cette saison et qui a souvent changé de trio, pour se retrouver dans le quatrième en séries, estime toutefois qu’il peut faire partie de l'avenir de l’équipe.

Sent-il que le Tricolore l’a utilisé de manière à obtenir un rendement maximal?

« Vous avez des questions difficiles, prochaine question, a d’abord répondu Galchenyuk. Tout le monde a son travail à faire. Les entraîneurs dirigent, les joueurs jouent. J’aurais bien sûr aimé faire les choses différemment sur la glace, mais on ne peut pas toujours avoir ce qu’on veut. C’est frustrant, mais c’est la vie. »

Galchenyuk n'avait visiblement pas la tête à analyser les raisons de l'élimination précoce du Canadien.

« Je ne sais pas ce qu'on aurait pu faire de mieux, a-t-il ajouté. On pourrait en parler toute la journée, mais en ce moment, ça importe peu. C'est frustrant, mais on doit rebondir. Je me concentre déjà sur la prochaine saison. »

Pour l’instant, Galchenyuk n’a pas reçu d’appel de l’équipe américaine en vue du Championnat du monde.

Au-delà des attentes pour Danault

Si la saison de Galchenyuk a généré plus de questions que de réponses, il en va tout autrement pour Phillip Danault.

Avec ses 13 buts et 27 aides, l'attaquant québécois a fait sa place dans la première unité au centre de Max Pacioretty et d'Alexander Radulov.

« Je suis parti vraiment de loin en début de saison, a analysé Danault. J'étais à l'aile dans le quatrième trio et je voulais simplement assurer mon poste. Mais lentement, ma confiance a grandi et celle de l'équipe envers moi aussi.

« Pacioretty et Radulov ont été extraordinaires avec moi. Ils m'ont montré le chemin à prendre. Je ne pensais vraiment pas jouer avec eux au début de l'année. »

Danault a aussi appris de ses premières séries à Montréal. Il avait connu la conquête de la Coupe Stanley avec Chicago, mais sans jouer un seul match.

« C'est une expérience inoubliable et je mets tout ça dans mon coffre à outils. Je vais m'en servir pour les années à venir. »

Plekanec insatisfait de sa contribution offensive

Sur le plan statistique, la dernière saison a été la plus difficile de la carrière de Tomas Plekanec. À 34 ans, Plekanec a été limité à 10 buts et 18 passes en 78 matchs,

« Je ne mentirai pas, ça été une saison très frustrante à l'attaque, a-t-il dit. Je suis déçu, j'aurais voulu être plus efficace. J'ai fait tout ce que j'ai pu, mais parfois ça ne fonctionne pas comme on le veut. »

L'attaquant tchèque a toutefois admis s'être senti plus à l'aise une fois Claude Julien arrivé à la barre de l'équipe en février.

Plekanec est encore sous contrat pour la prochaine saison et son salaire comptera pour 6 millions de dollars dans la masse salariale de l'équipe. Craint-il de ne pas être protégé par le Canadien en vue du repêchage d'expansion?

« Je ne veux pas y penser, a-t-il dit. J'ai encore un an de contrat. J'aime Montréal, j'aime l'équipe. Je n'ai pas de contrôle sur les décisions que prendra la direction de l'équipe. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine