Retour

Alexandre Gendron coupable du meurtre non prémédité de sa conjointe

Le jury a tranché vendredi matin au palais de justice de Saint-Hyacinthe en déclarant Alexandre Gendron coupable du meurtre au second degré de sa conjointe, Cheryl Bau-Tremblay.

Le corps de la femme de 29 ans a été retrouvé caché sous le lit de la chambre du couple, dans sa maison de Belœil le 6 août 2015, cinq jours après qu'elle eut été portée disparue. Enceinte de cinq mois, Cheryl Bau-Tremblay est morte étranglée.

La Couronne a tenté de prouver qu’Alexandre Gendron a tué sa conjointe parce qu’elle avait l’intention de le quitter en raison de ses graves problèmes d’alcool.

Lors de son témoignage, l’accusé a affirmé avoir plutôt causé la mort de Cheryl Bau-Tremblay par accident, alors qu’il tentait de se défendre. Dans un accès de colère, en pleine dispute, la victime aurait voulu lui lancer une bouteille de parfum.

Alexandre Gendron sera condamné à l’emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant une période qui peut varier de 10 à 25 ans. Les parties présenteront leurs arguments pour déterminer la durée de cette période d'inadmissibilité.

Les 12 jurés étaient isolés depuis mercredi après-midi et devaient s’entendre à l'unanimité sur le sort d'Alexandre Gendron. Ils avaient le choix entre trois verdicts : coupable de meurtre non prémédité, coupable d’homicide involontaire ou acquitté. Cette dernière option était improbable puisque la défense avait elle-même plaidé que c’était un homicide involontaire.

Avec des informations de Geneviève Garon

Plus d'articles