L'entrepreneur Antonino Catania de l'entreprise Catcan, plaide coupable à trois chefs d'accusation en lien avec la corruption d'un fonctionnaire de la Ville de Montréal. Sur les conseils de ses proches et de ses médecins, l'homme de 72 ans, à l'état de santé très précaire, est venu « mettre ses choses en ordre » au palais de justice.

Un texte de Geneviève Garon

Antonino Catania plaide coupable aux chefs d'accusation de fraude de plus de 5000 $, fraude envers le gouvernement et abus de confiance.

Son fils Paolo Catania a plaidé coupable au nom de son entreprise Catcan aux deux premiers chefs d'accusation. (Paolo Catania est le cousin de son homonyme qui subit un procès dans le cadre du scandale Faubourg Contrecoeur, NDLR.)

Les crimes ont été commis entre 2006 et 2008, à Laval, et concernent un ancien surveillant de chantier de la Ville de Montréal, François Thériault.

Antonino Catania et l'entreprise Catcan ont offert un rabais de 30 000 $ à M. Thériault pour l'achat d'un terrain en plus de payer pour des travaux à sa résidence. En échange, l'ex-surveillant de chantier a autorisé Catcan à charger de faux extras.

On ignore le montant total de la fraude pour l'instant. Mais d'un commun accord, les parties ont suggéré au juge Pierre Labelle d'imposer à Catcan une amende de 100 000 $ et à Antonino Catania et un dédommagement de 10 800 $ pour la Ville de Montréal.

Des problèmes de santé importants

Quatre ans après son arrestation, la poursuite et la défense recommandent d'imposer à Antonino Catania une peine de 9 mois à purger dans la collectivité.

« Sa situation médicale s'est détériorée énormément », affirme l'avocat de l'homme d'affaires, Me Marc Paci, qui demande la clémence de la cour. Le septuagénaire souffre d'un cancer avancé et ne répond plus aux traitements de chimiothérapie. « Sa vie consiste à aller à l'hôpital pour des traitements », résume son avocat.

Me Paci demande à ce que son client soit assigné à résidence 24h sur 24 pour le premier tiers de sa peine et qu'il ait simplement un couvre-feu pour le reste.

La procureure aux poursuites criminelles et pénales, Fannie Turcot, suggère plutôt qu'il soit assigné à résidence en tout temps pendant la moitié de sa peine.

Le juge Pierre Labelle rendra sa décision vendredi après-midi.

François Thériault a été le premier employé de la Ville de Montréal à avoir trempé dans la corruption à plaider coupable en mars 2015. Il a été condamné à un an de prison et une amende de 30 000 $. Il a aussi reconnu s'être parjuré lors de son témoignage à la commission Charbonneau en novembre 2012.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine