Retour

Antti Niemi pour freiner la glissade du Canadien

Le Canadien n'a pas remporté de match sur les patinoires adverses depuis le 22 décembre. Il tentera de mettre fin à sa léthargie vendredi, à Washington, en envoyant Antti Niemi dans la mêlée face aux Capitals.

Un texte d'Alexandre Gascon

Le gardien finlandais de 34 ans en sera à un troisième départ avec le CH. Il n'a pas encore remporté de match (0-1-1) avec sa nouvelle équipe. En quatre rencontres avec le Bleu-blanc-rouge ─ il est venu en relève à Carey Price deux fois ─ Niemi affiche un respectable taux d'efficacité de ,918 et une moyenne de buts accordés de 2,79.

Il aura la lourde responsabilité de freiner les Capitals qui montre le troisième dossier de la ligue à domicile (18-6-0).

Tout pour compliquer la tâche du Tricolore (18-21-6), qui occupe toujours le 14e rang de l'Association de l'Est, trois points devant les Sénateurs d'Ottawa. Ces derniers ont toutefois deux matchs de plus à disputer.

Cette semaine chargée de cinq matchs en huit jours aurait pu servir de bouée de sauvetage pour sauver une saison en péril. Jusqu'à présent, le Canadien s'est plutôt passé la corde autour du cou avec sa maigre récolte de deux points en trois matchs contre des rivaux directs qu'il doit dépasser pour espérer se qualifier pour les séries éliminatoires.

Les Montréalais joueront deux matchs en 24 heures. Les Bruins de Boston les attendent déjà dans la métropole pour un affrontement samedi soir. Les Bostoniens sont invaincus en temps réglementaire depuis le 14 décembre contre les Capitals justement.

Après s'être aplati devant ces mêmes Bruins, mercredi soir, pour le retour de leur entraîneur-chef à Boston, le CH a un immense défi à relever dans la capitale américaine. Les Capitals (28-14-4) ont repris la tête de la puissante Division métropolitaine, malgré une fiche de 5-6-1 après le mois d'octobre. Et leur capitaine, Alex Ovechkin, s'achemine vers sa huitième saison de 50 buts et plus dans la LNH.

Le Russe de 32 ans trône au sommet des buteurs de la ligue avec 28, une réalisation de plus que Nikita Kucherov.

Un sursaut d'orgueil?

Claude Julien n'a pas été tendre avec ses hommes après l'humiliant revers contre son ancienne équipe.

En l'absence de Phillip Danault (commotion cérébrale) et d'Andrew Shaw (bas du corps) toujours blessés, le pilote du Tricolore avait remodelé ses trios, pensant avoir déniché des combinaisons plus équilibrées pour affronter la redoutable ligne de centre des Bruins.

Ainsi, Jacob De La Rose s'est retrouvé au centre du premier trio en compagnie de Jonathan Drouin et Alex Galchenyuk. Une expérience qui aura duré très exactement 22 min 37 s, jusqu'à ce que le grand Suédois commette un revirement en zone offensive avec une passe arrière à l'aveuglette qui a mené au but de Ryan Spooner.

Vendredi, le CH profitera d'un peu de renfort puisque Logan Shaw, réclamé au ballottage des Ducks d'Anaheim, donnera ses premiers coups de patin dans son nouvel uniforme. On ne parle pas ici d'une injection prodigieuse de talent, mais le grand joueur de centre, droitier qui plus est, pourrait donner un coup de pouce à l'équipe à cette position névralgique, hautement fragilisée à Montréal.

Shaw a inscrit 8 points en 42 matchs cette année. Ilestime avoir disputé seulement de 20 à 30 de ses 150 matchs dans la LNH comme centre.

Peut-être sera-t-il plus enthousiaste que la plupart des joueurs du Canadien qui ont apparu amorphes mercredi. Julien et ses ouailles répètent en boucle qu'une qualification pour les séries éliminatoires est toujours possible et qu'il suffit d'y croire. Mais à les regarder se traîner les savates, les journalistes ont demandé à l'entraîneur s'ils venaient de voir une équipe qui avait jeté la serviette.

« Ce sont des questions que vous devriez poser aux joueurs. Je ne peux pas répondre à leur place. C’est important de poser les questions aux bonnes personnes, ça fait partie de votre travail », a lancé Julien, visiblement très déçu du rendement de sa troupe.

« Mon travail est de vous dire qu’on n’a pas été assez bons (mercredi) et qu’on doit être meilleurs et que c’est ma responsabilité. Je dois aider cette équipe à mieux jouer et, peu importe quelle est leur mentalité, ils se doivent de changer leur approche », a-t-il ajouté.

Il sera intéressant de constater si les joueurs auront été fouettés par les propos de leur commandant. Un affrontement contre une des équipes de l'heure est certainement une occasion rêvée pour montrer qu'ils y croient toujours.

À l'attaque :

Pacioretty-Byron-Hudon

Galchenyuk-Drouin-Deslauriers

Lehkonen-Plekanec-Gallagher

De La Rose-Froese-L. Shaw

En défense :

Alzner-Petry

Benn-Jerabek

Mete-Schlemko

Niemi

Plus d'articles