Retour

Après Le Caire, Anthony Longpré se tourne vers la NCAA

À cause de problèmes de cheville, Anthony Longpré n'a pas autant joué qu'il l'aurait voulu pendant la Coupe du monde de basketball U-19, au Caire, en Égypte, mais il accepte son sort avec sagesse et positivisme. Il préfère se concentrer sur le « sentiment unique » qu'il ressent à l'idée d'être membre de la première équipe canadienne à remporter l'or à cette compétition.

Arrivé il y a quelques jours à l’Université Saint Joseph’s, en Pennsylvanie, où il entreprendra sous peu sa carrière dans la NCAA, le natif de L’Assomption entrevoit l’avenir avec optimisme. « Le rêve, c’est de jouer dans les rangs professionnels, dans la NBA ou à l’étranger, par exemple en France », a-t-il déclaré dans un entretien téléphonique.

Roy Rana, l’entraîneur en chef de l’équipe U-19 médaillée d’or, ne serait pas surpris s’il y parvenait. « J’ai une haute estime de lui, c’est certain qu’il va jouer pro. Le Québec devrait s’intéresser à ce gars de 6 pieds et 11 pouces. »

La victoire vue du banc des substituts

« [Anthony] a été un joueur titulaire pour plusieurs matchs préparatoires. D’autres joueurs ont pris le relais. Malheureusement pour lui, il n’a pas eu le même temps de jeu [par la suite] », a résumé Rana. Longpré n’a entamé qu’un affrontement, contre l’Espagne, pendant la phase de groupe.

Le principal intéressé ne s’en fait pas trop. « J’étais fier de voir qu’il y avait d’autres gars prêts à embarquer, à donner tout ce qu’ils avaient, à aller gagner une médaille. » Il admet avoir été particulièrement impressionné par R.J. Barrett, qui, à 17 ans seulement, a été élu joueur par excellence du tournoi. « Je crois qu’il va se rendre vraiment loin », prédit Longpré. Barrett occupe la première place au classement provisoire d’ESPN des espoirs pour le repêchage 2019 de la NBA.

En route vers le March Madness?

Sans avoir la réputation d’un programme sportif de premier plan comme celui de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) ou de l’Université de la Caroline du Nord (UNC), l’équipe des Hawks de Saint-Joseph’s a produit un nombre respectable de joueurs professionnels. La plupart des athlètes encore actifs issus de l’institution philadelphienne portent actuellement les couleurs de formations européennes.

Le Québécois croit qu’il va s’adapter rapidement à son nouvel environnement. « J’ai eu mon premier entraînement avec l’équipe aujourd’hui, les joueurs sont bien gentils. […] Il va falloir que je m’habitue au niveau de jeu. C’est beaucoup plus rapide, les joueurs sont plus forts qu’à l’école secondaire, mais je sens que tout va bien se passer », déclare-t-il calmement.

L’équipe dirigée depuis 1995 par Phil Martelli peut se targuer d’avoir participé trois fois au grand tournoi printanier de la NCAA dans les neuf dernières années. En 2016, les Hawks ont été éliminés en deuxième ronde par les Ducks de l’Oregon. Peut-être verra-t-on le grand gars de L’Assomption durant la prestigieuse compétition, en mars prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine