Retour

Après les accommodements, Boucar Diouf propose le « raccommodement »

Le titre du spectacle est limpide : Noël métissé serré. Alors que le débat sur les accommodements raisonnables est relancé au Québec, le spectacle de Boucar Diouf et de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM) arrive à point.

L'OSM en a fait une tradition des Fêtes : présenter un spectacle en collaboration avec une personnalité. Après Fred Pellerin en 2013 et 2015, c'est l'humoriste et conteur Boucar Diouf qui montera sur la scène de la Maison symphonique les 21, 22 et 23 décembre pour présenter Noël métissé serré, un conte ponctué d'œuvres symphoniques auquel collaboreront également le groupe Le Vent du Nord et Patrice Michaud.

En plus d'en faire une rencontre « entre les arts de la parole et la musique classique », Boucar Diouf souhaite, dans ce spectacle, lancer un message d'ouverture au moment où le débat identitaire fait à nouveau les manchettes et divise les principaux partis à Québec.

« C'est ludique, mais c'est également pour dire aux gens : on peut s'enrichir les uns les autres en se tendant la main. [...] C'est pour faire du bien aux gens », a-t-il expliqué vendredi en entrevue à l'émission Gravel le matin sur ICI Première.

Thèmes récurrents de ses spectacles solos, l'ouverture à l'autre et la rencontre entre les cultures sont, selon lui, plus essentielles que jamais dans le contexte actuel.

J'ai proposé le concept du Noël métissé serré. C'est un Noël de raccommodement. Le raccommodement est nécessaire. Les couteaux qui tranchent, il y en a beaucoup, il y en a énormément. Ça fait 10 ans que toutes les élections se déroulent autour de l'immigration. Il va falloir, à un moment donné, régler les choses et passer à autre chose.

Boucar Diouf

Sans proposer de solution concrète, l'humoriste et conteur installé au Québec depuis 25 ans et qui se dit « Gaspésien de cœur » soutient que le travail accompli lors de la commission Bouchard-Taylor devrait servir de base aux décisions à venir.

« Penser qu'on peut simplement tasser ce dossier-là, c'est se mettre le doigt dans l'œil. Ça va revenir continuellement. Ne pas régler la chose est beaucoup plus dommageable pour le vivre ensemble. »

Un débat à dépolitiser

L'humoriste estime également qu'il serait temps de dépolitiser la question des accommodements raisonnables, déplorant que l'élection de Donald Trump aux États-Unis ait « décomplexé » les tenants des idées d'extrême droite. Il appelle d'abord les Québécois, peu importe leur origine, à faire « un pas vers l'autre ».

Je crois à la laïcité, profondément. La laïcité comme on la concevait autrefois... Aujourd'hui, avec l'immigration et les gens qui sont venus de partout, il faut faire un déplacement. Les gens qui arrivent doivent faire un déplacement. Je crois que si le débat demeure politique, on n'est pas sortis du bois.

Boucar Diouf

Avec le langage coloré qu'on lui connaît, Boucar Diouf offre cette métaphore :

Sur une patinoire, il y a toujours des bandes autour. Tu mets les enfants sur la patinoire pour qu'ils s'amusent, mais il y a une bande aussi, pour qu'ils ne sortent pas de la patinoire.

Boucar Diouf

Le spectacle Noël métissé serré sera diffusé le vendredi 30 décembre à 19 h 30 à ICI Radio-Canada Télé

Plus d'articles