Retour

Arrêt Jordan : Sivaloganathan Thanabalasingham reste détenu

Sivaloganathan Thanabalasingham, dont le procès pour meurtre de sa femme a avorté en raison des trop longs délais de cour, demeure détenu, a tranché jeudi la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada.

La Commission estime qu'il pourrait représenter un danger pour le public et qu'il pourrait tenter d'échapper aux autorités.

Sivaloganathan Thanabalasingham a été arrêté par l'Agence des services frontaliers la semaine dernière, après qu'un juge de la Cour supérieure eut décrété l'arrêt des procédures criminelles entreprises contre lui.

Le gouvernement fédéral souhaite l'expulser vers le Sri Lanka, son pays natal, en raison de ses antécédents. Jeudi, la commission a confirmé qu'il restera détenu pendant qu'il en appelle de son expulsion forcée. Ce processus pourrait prendre des années.

Sa prochaine audience est prévue le 11 mai devant la Commission, qui analysera à nouveau s'il est nécessaire qu'il demeure incarcéré.

L'homme de 31 ans a été libéré après 56 mois passés derrière les barreaux. Il avait été arrêté le 11 août 2012, après que le corps d'Anuja Baskaran eut été retrouvé sans vie dans leur appartement du quartier Ahuntsic à Montréal.

Son procès devant jury devait commencer le 10 avril et durer sept semaines. Or, du début des procédures judiciaires jusqu'à la fin anticipée, 58 mois se sont écoulés, soit près du double de la limite autorisée par l'arrêt Jordan de la Cour suprême.

Sivaloganathan Thanabalasingam est le troisième accusé de meurtre au Canada, et le premier au Québec, à obtenir un arrêt des procédures.

Plus d'articles

Commentaires