Retour

Arrêté à Pierrefonds, Omar Elabi est libéré sous conditions

Deux jours après avoir été arrêté au terme d'une vaste opération policière à Pierrefonds, de crainte qu'il ne commette une infraction terroriste, Omar Elabi a été remis en liberté, jeudi, après s'être engagé à respecter une série de conditions.

Le jeune homme de 20 ans, qui ne fait face à aucune accusation pour le moment, doit notamment garder la paix, avoir une bonne conduite et se présenter devant le tribunal sur demande. Il doit également demeurer chez ses parents, à Pierrefonds, et ne pas changer d'adresse sans en avoir obtenu l'autorisation préalable.

Il lui est également interdit d'utiliser une connexion Internet - sauf dans le cadre d'un travail rémunéré ou pour réaliser des travaux scolaires - ou un logiciel permettant de modifier ou de masquer l'adresse IP de son ordinateur, notamment un logiciel de type TOR.

Omar Elabi s'est également engagé à ne pas accéder à du matériel terroriste sur quelque support que ce soit, ou à du matériel prônant la violence ou lui permettant d'acquérir ou de confectionner des armes, des munitions ou des matières explosives.

Enfin, il lui est interdit de posséder des armes à feu, des munitions ou des substances explosives, ainsi que tout matériel, équipement ou outil lui permettant d'en fabriquer.

Un acte de dénonciation du SPVM

Soupçonné de vouloir commettre une infraction de terrorisme, Omar Elabi avait été maintenu en détention mercredi en vertu de l'article 810.01 du Code criminel. Dans son acte de dénonciation, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a écrit avoir « des raisons de croire qu'il [Omar Elabi] commettra une infraction de terrorisme ».

En vertu de l'article 810.01, « le juge devant lequel les parties comparaissent peut, s'il est convaincu par la preuve apportée que les craintes du dénonciateur sont fondées sur des motifs raisonnables, ordonner que le défendeur contracte l'engagement de ne pas troubler l'ordre public et d'observer une bonne conduite pour une période maximale de 12 mois ».

Quelque 200 résidents de Pierrefonds ont été évacués mardi après que le SPVM eut entrepris de vérifier si la résidence de M. Elabi contenait des explosifs. Les policiers avaient expliqué avoir été informés de l'existence d'une « vidéo troublante qui était sur les médias sociaux et qui pouvait faire croire à une menace ».

Les policiers n'ont finalement trouvé aucun explosif. Ils assurent par ailleurs que la vidéo n'apparaît plus sur les médias sociaux.

L'avocat d'Omar Elabi, Alexandre Goyette, affirme que son client ne reconnaît pas les faits qui lui sont reprochés et qu'il n'avait « aucune intention criminelle ». Selon lui, il « voudrait qu'on respecte le fait qu'il est présumé innocent ».

Omar Elabi reviendra devant le tribunal le 30 mai pour la suite des procédures.

Plus d'articles

Commentaires