Retour

Attentat à la pudeur : un an avec sursis pour l'ex-organisateur politique Gilles Cloutier

L'ancien organisateur politique Gilles Cloutier a écopé mardi, au palais de justice de Saint-Jérôme, d'une peine de 12 mois d'emprisonnement avec sursis. Il avait été reconnu coupable d'attentat à la pudeur sur une mineure et de voies de fait sur cette dernière et sur sa grande soeur.

Cet ancien vice-président de la firme d'ingénierie Roche s'était fait connaître pendant la commission Charbonneau en expliquant comment il avait organisé des élections municipales clé en main.

L'homme de 77 ans a été condamné en décembre pour des crimes sexuels commis entre 1967 et 1973 sur une mineure. La victime avait entre 8 et 15 ans au moment des faits reprochés. Gilles Cloutier a aussi été condamné pour des actes violents commis sur cette dernière et sur sa grande soeur.

Pendant les 10 premiers mois de sa peine, il sera assigné à résidence 24 heures sur 24. Il ne pourra sortir de la maison qu'en cas d'urgence médicale pour lui ou un membre de sa famille et pour aller à des rencontres des Alcooliques anonymes. Il a aussi droit à un bloc de quatre heures par semaine pour faire son épicerie.

Pendant les deux derniers mois de sa peine, il devra respecter un couvre-feu de 21 h à  6h. Le tout sera suivi d'une probation de deux ans.

M. Cloutier doit aussi fournir un échantillon d'ADN. Il sera inscrit au registre des délinquants sexuels et il lui sera interdit de posséder des armes à feu à vie.

L’identité de ses deux victimes, qui sont maintenant âgées d’une soixantaine d’années, est protégée par une ordonnance de non-publication.

Pendant le procès, elles ont raconté dans les moindres détails comment l'accusé s'introduisait dans leur chambre, la nuit venue, pour les punir agressivement et commettre des gestes déplacés à l'endroit de la plus jeune.

Gilles Cloutier s'était défendu en se disant victime de la vengeance des deux femmes, un argumentaire que la juge Maria Albanese n'a pas retenu.

La peine de M. Cloutier résulte d’une suggestion commune de la défense et de la Couronne.

Avec les informations de Geneviève Garon

Plus d'articles