Retour

Autobus happé par un train au Vieux-Port : des images à donner froid dans le dos

Des passagers qui se trouvaient dans un bus touristique happé par un train, dimanche au Vieux-Port de Montréal, sont encore sous le choc. Certains réclament une meilleure signalisation à cet endroit.

Un article de Bahador Zabihiyan

La scène donne froid dans le dos. Une quinzaine de passagers se trouvent dans l'« Amphibus ». L'un d'entre eux filme la visite, alors que le véhicule est arrêté très près de la voie du CN, près du silo numéro 5, sur un chemin de terre. « Nous sommes vraiment chanceux qu'il n'y ait pas de train qui passe », dit la guide touristique au micro.

Or, un train passe, heurte violemment l'avant du bus et le traîne sur plusieurs mètres. Un arbre et un grillage sont arrachés.

Qualité de l'image

Les passagers sont secoués et hurlent. Heureusement, il y a plus de peur que de mal, et personne n'est grièvement blessé.

Marc Abi-Khalil et sa mère se trouvaient dans l'autobus pendant l'accident. La mère a subi un choc nerveux. Aujourd'hui, il est étonné du fait qu'il n'y ait pas de passage à niveau à cet endroit.

La Société du Vieux-Port indique que des agents sont placés à toutes les intersections sur le site afin de bloquer la circulation lors du passage d'un train, de jour comme de nuit. Une coordination est effectuée avec le CN. Une exception : l'intersection où s'est produit l'incident est située dans un secteur plus isolé à l'ouest du site, entre le silo numéro 5 et le spa Bota Bota.

Visibilité réduite

La visibilité n'est pas optimale à cet endroit, a constaté Radio-Canada. À gauche de l'intersection, la voie ferrée fait un virage. Et il y a de la végétation des deux côtés. C'est la responsabilité du chauffeur de l'autobus de vérifier que la voie est libre.

Le responsable de la compagnie Amphibus n'a pas souhaité répondre à nos questions, mais la vidéo, dont nous avons obtenu copie, montre que le véhicule s'était trop avancé sur la voie et que les passagers s'en sont rendu compte au tout dernier moment.

« Le SPVM évalue actuellement si l'ajout d'équipements de signalisation additionnels est nécessaire », ajoute Mme Morin. Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a dit mercredi être au courant de l'accident. Il attendra les résultats d'une enquête avant de se prononcer.

Transports Canada n'effectuera pas d'enquête au sujet de l'accident. La voie ferrée est sous la juridiction du Port de Montréal, qui pourrait effectuer une enquête.

Pas d'enquête du BST

Radio-Canada a appris que le Bureau de la sécurité des transports (BST) ne lancera pas d'enquête.

Les deux enquêteurs du BST qui se trouvent au Québec ouvrent seulement des enquêtes lorsque cela peut aider à améliorer la sécurité ferroviaire de manière plus large.

Or, l'accident de dimanche est un cas de figure particulier.

« Nous avons affaire à un accident qui a eu lieu sur un passage à niveau privé, il n'y a pas beaucoup de circulation », dit Ed Belkaloul, responsable des enquêtes pour le Québec. « Les leçons que l'on peut en tirer ne sont pas applicables ailleurs, à Montréal ou à Toronto, par exemple », dit M. Belkaloul.

Ottawa accordera justement 55 millions de dollars sur trois ans à l'amélioration de la sécurité ferroviaire, a annoncé mercredi le ministre Garneau.

Plus d'articles