Pendant que Lucian Bute répétait qu'il a retrouvé sa confiance et qu'il gagnera le 30 avril à Washington, son adversaire Badou Jack a parlé du plus gros test de sa carrière.

Un texte de Jean-François Chabot

Les deux boxeurs ont pu s'exprimer sur les enjeux de leur affrontement.

Outre la ceinture WBC des super-moyens, la perspective d'un combat de réunification avec le détenteur de la ceinture IBF, qui sera également en jeu le 30 avril, était au cœur de la téléconférence organisée par les co-promoteurs de l'événement Mayweather Promotions, Matchroom et Interbox.

Jack (20-1, 12 K.-O.) n'a pas caché son enthousiasme à l'idée d'affronter Bute (32-3, 25 K.-O.), ex-champion IBF.

« Je me suis entraîné fort durant 12 semaines. J'ai très hâte au combat. Je sais que je devrai me présenter avec ce que j'ai de meilleur à offrir. C'est le plus gros test de ma carrière et je suis confiant de l'emporter », a d'abord déclaré Jack.

« Je suis un peu plus jeune (il a 32 ans, contre 36 pour Bute). Il possède beaucoup d'expérience. Je sais qu'en boxe tout peut arriver. Après ma défaite aux mains de Derek Edwards (K.-O. technique en février 2014) beaucoup ont pensé que j'étais fini. »

Jack a ensuite raconté comment son promoteur Floyd Mayweather lui a fait comprendre que n'importe qui pouvait subir un mauvais coup.

« Cette défaite a été une bénédiction. Mes adversaires suivants ont cru qu'ils l'auraient facile contre moi et ça m'a permis de les surprendre », a raconté Jack.

Jack ne frémit pas à l'idée d'affronter un gaucher.

« J'ai affronté des tas de gauchers à l'entraînement. Je n'ai pas peur des boxeurs gauchers. Je dirais même que j'aime les affronter », a admis le natif de Stockholm, d'un père gambien et d'une mère suédoise.

Tant mieux s'il les aime. Parce que s'il a le dessus sur Bute, c'est peut-être DeGale, un autre gaucher, qui sera son prochain client.

Quand on lui a rapporté que Bute avait dit de lui « qu'il était un bon boxeur, mais qu'il n'avait rien d'exceptionnel », Jack a été très clair.

« C'est exactement ce que je veux entendre. Tout le monde a son opinion et j'aime bien être sous-estimé par mes adversaires », a conclu Jack.

Comme un tournoi

Deux combats de championnats du monde seront disputés le soir du 30 avril au D.C. Armory, un vieil amphithéâtre de 10 000 places voisin du vétuste RFK Stadium, ex-domicile des Redskins (NFL) et des Nationals (MLB) et qui abrite maintenant le D.C. United de la MLS.

Outre le duel Bute-Jack, le Britannique James DeGale (22-1, 14 K.-O.) y défendra sa ceinture IBF des super-moyens face au Mexicain Rogelio Medina (36-6, 30 K.-O.).

Les gagnants devraient normalement s'affronter dans un combat d'unification l'automne venu. Tous les boxeurs s'entendent pour dire qu'il faut d'abord se concentrer sur le 30 avril et sur l'adversaire qui se tiendra debout devant eux.

DeGale, présenté par son promoteur Eddie Hearn comme la tête de série no 1 de ce « tournoi », est le seul qui parle ouvertement d'unification et du plaisir qu'il aurait à y participer.

« Medina a perdu tous ses combats importants et il perdra encore le 30 avril. Je suis le meilleur à 168 lb et je vais le prouver. »

Revoir Bute?

DeGale n'est pas enthousiasmé par la perspective de remonter dans le ring pour y affronter Bute afin d'unififier les titres IBF et WBC.

« J'aimerais bien ne pas avoir à l'affronter encore. Je l'ai clairement battu à Québec en novembre et je voudrais passer à autre chose. Je préférerais me mesurer à un boxeur montant comme moi. Je pense que Badou Jack va gagner. Lucian Bute en a encore dans le ventre. Il l'a montré contre moi, mais il est quand même arrivé à court de l'objectif. »

DeGale a cependant indiqué que si Bute l'emportait, il n'aurait d'autres choix que de se battre de nouveau contre lui.

« Je ne serais pas surpris si Bute gagnait son combat. Mais il est clair que le combat d'unification aura lieu chez moi, à Londres. »

Celui qui se fait appeler le « Road Warrior » a l'habitude de se battre en terre étrangère.

Il a gagné sa médaille d'or olympique à Pékin. Il est devenu champion du monde en battant Andre Dirrell à Boston et il a défendu ce titre une première fois devant Bute à Québec.

Voilà pourquoi il a hâte de retrouver les siens en tant que champion du monde.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine